Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Espagne

Nissan-Barcelone : lutte opiniâtre

7 juillet 2020 Article Monde

Dans Convergences révolutionnaires no 131, nous relations la grève à Nissan, entamée le 4 mai contre la fermeture de trois sites employant environ 2 500 travailleurs à Barcelone et son agglomération. À ce jour, la lutte de ces travailleurs continue. La semaine dernière, ce sont environ 300 salariés de Barcelone qui se sont rendus à l’usine Nissan de Los Corrales de Buelna (Cantabrie), à plus de 700 kilomètres.

L’usine de Los Corrales de Buelna fabrique des pièces pour Renault et Nissan et emploie 500 salariés. La direction de Nissan vient d’y imposer un « plan de compétitivité », avec l’accord des élus du personnel, en échange de la promesse du maintien de la production du site. Ceux de Barcelone ont rappelé que le même type de plan avait été mis en place chez eux, et que les engagements de la direction ne valaient rien.

Arrivés en convoi d’environ 200 voitures, ceux de Nissan Barcelone sont restés deux jours dans la région. Ils se sont rassemblés le mercredi 1er juillet devant l’usine de Corrales. Ils y ont trouvé tout un déploiement de police, y compris un hélicoptère qui survolait le rassemblement, visant à maintenir à distance des ouvriers de Cantabrie ceux venus de Barcelone. Ils ont néanmoins été rejoints par des militants syndicaux de Nissan Corrales et d’autres syndicalistes de la région et ont organisé un déjeuner sur place.

Le lendemain matin, c’est à Santander, la capitale de la région, que les salariés de Barcelone ont manifesté, où ils ont scandé « On ne ferme pas Nissan », « Ouvrier licencié, patron pendu » et « Nous sommes des ouvriers, pas des terroristes » en référence à l’impressionnant dispositif policier qu’ils ont rencontré pendant tout leur déplacement.

Cette action a été l’occasion de faire connaître leur lutte. Le président de la région Cantabrie s’est senti obligé de recevoir une délégation des salariés de Nissan. Prochaine étape de la lutte : une manifestation à Madrid qui devrait avoir lieu au courant du mois de juillet.

Michel Charvet

Photos : page Twitter https://twitter.com/futuroNissan

Mots-clés : | | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article