Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 103, janvier-février 2016 > États-Unis : Deux catastrophes environnementales et sanitaires

Fuite de gaz en Californie : rien de naturel

11 février 2016 Convergences Monde

Le 23 octobre dernier, une gigantesque fuite s’est déclarée dans le puits gazier de l’entreprise SoCal Gas, situé à Porter Ranch, près de Los Angeles, en Californie. L’une des pires catastrophes environnementales de ces dernières années. Chaque heure, près de cinquante tonnes de méthane et d’autres produits chimiques toxiques s’échappaient dans l’atmosphère. Les riverains ont vite commencé à se plaindre de vertiges, de nausées, de saignements de nez, de maux de tête, etc. On sait que de nombreux composés chimiques dispersés, comme le benzène, le radon ou le sulfure d’hydrogène, sont cancérigènes et s’attaquent au cerveau. Les conséquences sanitaires de cette catastrophe vont se faire sentir pendant des années.

La compagnie gazière a continué de publier des communiqués de presse, s’appuyant sur les déclarations des autorités sanitaires et minimisant la catastrophe, en prétendant que la qualité de l’air dans la région n’est pas à l’origine d’un « accroissement significatif des risques sanitaires » et que la pollution de l’air est au niveau « habituel du sud de la Californie ». Circulez, il n’y a rien à voir !

Des milliers de riverains ont été évacués. Parmi eux, plus de 2 000 familles ont été hébergées en urgence, mais plus de 2 700 sont encore en attente d’un hébergement. Deux écoles ont fermé pour une durée indéterminée. Des centaines d’entreprises ont dû fermer leurs portes, condamnant les travailleurs au chômage technique.

Le méthane est un gaz à effet de serre encore plus nocif que le dioxyde de carbone. La quantité de méthane qui s’est échappée dans l’atmosphère à Porter Ranch en un mois équivaut à 25 % des émissions annuelles habituelles de méthane de l’ensemble de la Californie et pollue autant que 2,3 millions de voitures.

Pas de soupape de sûreté

SoCal Gas n’a eu cesse de répéter que la cause de l’accident était inconnue et qu’il fallait attendre les conclusions de l’enquête. Mais les spécialistes soupçonnent les vieilles canalisations corrodées du puits gazier d’être à l’origine de la catastrophe. Foré en 1953, ce puits a d’abord été équipé d’une soupape de sûreté ; cette dernière a été retirée en 1979 à la suite d’une fuite provenant de la soupape elle-même. La réglementation en vigueur impose la présence de telles soupapes dans certains cas, mais pas sur le puits de Porter Ranch.

Les soupapes de sûreté servent précisément à empêcher ces fuites. Un puits gazier est constitué de tubes métalliques enfouis à des centaines de mètres de profondeur, des fluides s’écoulant constamment à travers eux. Avec le temps, la corrosion s’attaque à ces tubes. Plutôt que d’investir dans une soupape de sûreté et dans la rénovation des canalisations, il est plus économique d’attendre une fuite et de la réparer. Dans le cas présent, si SoCal Gas avait investi dans une soupape de sûreté, la fuite aurait été immédiatement arrêtée.

Cette fuite intervient cinq ans après que SoCal Gas a reçu des autorités l’autorisation d’augmenter sa production de gaz pour financer la réparation de ses dizaines de puits touchés par des fuites. Mais aucune de ces réparations ne prévoyait l’installation d’une soupape de sûreté, qui coûte moins de 200 000 dollars, alors que les profits annuels de SoCal Gas s’élèvent à 100 millions de dollars [1]. ■

26 janvier 2016, Craig S. et Victor H.


[11 $ équivaut 0,92 € environ.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Mots-clés