Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Éditos L’Étincelle > 2019 > septembre > 23

Faisons-les battre en retraite !

À Paris samedi dernier, le gouvernement a sorti l’artillerie lourde : 7500 policiers et gendarmes mobilisés, contrôles de police au moindre rassemblement de 10 personnes, 163 interpellations, etc. Pas de doute, il fallait éviter que la nouvelle journée de mobilisation appelée par les Gilets Jaunes et les marches pour le climat ne fassent le plein. Ce qui n’a pas empêché des milliers de manifestants de défiler, à Paris et partout en France.

C’est que Macron est dans une posture délicate. Après avoir fanfaronné pendant l’été qu’il s’apprêtait à lancer une nouvelle attaque avec la réforme des retraites, il semble se rendre compte que la contestation pourrait facilement reprendre sur les braises encore chaudes des Gilets Jaunes.

Le gouvernement déclare désormais vouloir se « concerter avec les partenaires sociaux ». C’est-à-dire, gagner du temps en mettant en scène une discussion bidon alors que les principales mesures ont déjà été annoncées.

Baisser nos pensions

Voilà plus de 25 ans que les gouvernements successifs, de gauche ou de droite, s’en prennent aux retraites avec la même logique : l’obligation de travailler plus pour des pensions moins avantageuses. Pas moins de 6 réformes se sont ainsi succédé, tantôt contre les salariés du privé, tantôt contre celles de la fonction publique, une autre encore contre les « régimes spéciaux ».

Cette fois-ci, Macron se fait fort, sous prétexte d’« équité », d’attaquer tout le monde à la fois. D’abord, par une diminution des pensions, en calculant les retraites non plus sur la base des 25 dernières années ou des 6 derniers mois pour les fonctionnaires, mais sur l’ensemble de la carrière, ce qui aura pour effet immédiat de baisser les revenus, pourtant déjà maigres, de beaucoup de personnes âgées.

Pour nous faire exploiter plus longtemps ?

Ensuite, en nous faisant travailler plus longtemps avec un « âge pivot » fixé à 64 ans, ou en augmentant encore la durée de cotisation. Une disposition qui ignore le fait que dans de nombreux métiers, le corps est trop cassé après 60 ou 65 ans pour continuer, et que partout les patrons rechignent à embaucher des seniors. De la sorte, très peu pourront obtenir des pensions à taux plein. Comble du cynisme, le gouvernement anticipe la montée de la pauvreté chez les retraités et prévoit donc qu’il sera possible de cumuler retraite et activité. Et on devrait dire merci de pouvoir trimer jusqu’à 80 ans pour finir nos fins de mois ?

Spéculer sur notre dos !

Pourquoi une telle réforme ? Les caisses de l’assurance vieillesse ne sont pourtant pas déficitaires, comme le reconnait lui-même J.P. Delevoye. En fait, le véritable but du gouvernement n’est pas de sauver le régime des retraites. Il y aurait des solutions bien plus efficaces pour ça : embaucher massivement les chômeurs, augmenter tous les salaires de 300 euros comme le réclament les urgentistes depuis des mois, prendre sur les profits, etc.

La réforme ne vise qu’à transformer le régime général des retraites en un système au rabais, pour que se développent à côté des retraites complémentaires individualisées aux mains des assurances privées, une nouvelle manne de profits pour les spéculateurs.

Tous dans la rue le mardi 24 septembre !

Il y a dix jours, les salariés de la RATP se sont mis massivement en grève contre cette réforme, suivis la semaine dernière par d’autres professions (avocats, médecins…).

Mardi 24 septembre, la CGT et Solidaires appellent à faire grève et manifester également. Après la réussite du 13 septembre à la RATP, cette deuxième journée de grève doit être un succès pour encourager les salariés à se battre tous ensemble et faire remballer au gouvernement sa sale réforme.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Mots-clés