Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 43, janvier-février 2006

Des nouvelles du mouvement ouvrier et communiste au Moyen-Orient

Mis en ligne le 13 janvier 2006 Convergences Monde

On se doute que les militants ouvriers ou communistes survivent difficilement aussi bien dans l’Iran sous la dictature théocratique des ayatollahs que dans l’Irak occupé par l’armée américaine et en proie à une guerre civile sanglante entre factions plus réactionnaires les unes que les autres. Pourtant ils existent et militent. Ci-dessous des informations fournies pour l’Iran par Iranian Solidarity Network (Réseau de solidarité des travailleurs iraniens)  [1] et pour l’Irak par Solidarité Irak  [2] et Agir pour l’Irak  [3], des associations qui se sont donné pour but d’aider syndicalistes et militants de gauche et de faire connaître leurs difficultés et leurs luttes.


Iran : une grève dans les transports urbains de Téhéran

Le régime iranien mène une guerre sans merci aux travailleurs qui tentent de faire vivre des syndicats indépendants : matraquage des militants et saccage des permanences par les nervis du Conseil islamique du travail (l’organisation appointée par le régime pour soi-disant représenter les travailleurs), mais aussi utilisation de toutes les entraves « légales » par les services de police ou de justice.

Le 22 décembre des agents du « ministère de l’Information » arrêtaient des membres du Comité exécutif du syndicat de la compagnie de bus Vahed, qui assurent le service de Téhéran et sa banlieue, dont le principal dirigeant, Mansour Ossanlou.

Deux jours plus tard, environ 3 000 conducteurs et employés se mettaient en grève pour demander la remise en liberté de leurs camarades, le droit de former un syndicat indépendant et la satisfaction de leurs revendications en matière de salaires, classifications, conditions de travail et de sécurité. D’après les statistiques officielles elles-mêmes, les salaires ont chuté de 49 % depuis 1979 (l’an I du régime). Aujourd’hui le salaire moyen des travailleurs de Vahed est si faible que la plupart doivent occuper un ou deux emplois supplémentaires. Comme 80 % sont forcés de vivre en-dehors de Téhéran, on peut imaginer ce qu’il en est du respect du Code du travail de la République islamique qui stipule que la journée de travail est limitée à 8 heures.

Plusieurs dizaines de grévistes étaient immédiatement arrêtés mais, le lendemain, le maire de Téhéran devait accepter de recevoir leurs représentants et promettre de les faire libérer. Ce qui fut fait dans les heures suivantes, y compris pour les membres du Comité exécutif, à l’exception de Ossanlou. Le lendemain 27 décembre, le maire ayant aussi promis de se pencher sur les autres revendications et laissé entendre que la libération de leur leader allait suivre, les grévistes suspendaient leur mouvement.

Pourtant la nouvelle année a débuté sans liberté pour Ossanlou (dont la condition physique est précaire et qui a besoin une opération aux yeux... suite à un précédent tabassage par les voyous du Conseil islamique du travail). Pire même, les mesures de rétorsion ont commencé contre les grévistes : salaires non payés, comptes en banque bloqués. Aux dernières nouvelles qui nous sont parvenues, début janvier, les travailleurs de Vahed avaient délivré un nouvel ultimatum au maire de Téhéran : s’il ne respectait pas ses promesses, ils reprendraient la grève.

Irak : assassinats et arrestations de militants

Akram Faleh Khattab et Basim Khamees, deux militants du PCOGI (Parti communiste-ouvrier de gauche en Irak) étaient pris en otage le 7 décembre. Ils se trouvaient dans le local de ce parti à Bagdad lorsqu’ils ont été attaqués par un groupe d’hommes armés et masqués. Depuis, leurs camarades sont sans nouvelles. Le mois précédent, Maitham Najah, un autre militant de ce parti, avait été assassiné dans le quartier de al-Sifina à Bagdad, et sa famille obligée de quitter son logement sous la pression d’un groupe islamiste.

Le 28 juin déjà, Ansar Abdulameer Mahd, ingénieur électricien à Dyala et membre de l’UCI (Union communiste en Irak) avait été assassiné devant chez lui, après avoir reçu de nombreuses menaces.

Le 15 décembre, c’est le local du PCOI (Parti communiste-ouvrier en Irak) a Nassiryah (Kurdistan) qui a été incendié, suite à une manifestation organisée par le Conseil suprême de la révolution islamique en Irak (CSRII), qui siège actuellement à l’assemblée et dispose de plusieurs ministres. Le chef de la police locale, lui-même membre du CSRII, encourageait les manifestants. Dans le même temps, à Suleymania (Kurdistan toujours), trois militants du PCOI étaient arrêtés pour distribution de tracts dénonçant la corruption du gouvernement régional, dirigé par l’Union patriotique du Kurdistan (UPK). La répression menée par l’UPK contre le PCOI a déjà causé de nombreuses arrestations, et plusieurs cas de tortures et d’assassinats ont été dénoncés par les organisations de défense des droits de l’être humain.

Ces trois partis (PCOGI, UCI, PCOI) ont en commun d’être opposés à l’occupation américaine et de défendre les droits des femmes, la laïcité et les idées socialistes.

3 janvier 2006


[1Iranian Workers’ Solidarity Network

BM IWSN

London WC1N 3XX.

E-mail : iranwsn chez yahoo.co.uk

[2Solidarité irak

E-mail : solidarite_irak chez yahoo.fr

[3Agir pour l’Irak

E-mail : api chez no-log.org

Mots-clés : | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article