Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Les articles du site

Un siècle américain, une trilogie de Jane Smiley

25 avril 2020 Article Culture

Cette trilogie a été publiée aux éditions Rivages entre 2016 et 2019 et se compose des trois volumes suivants : Nos premiers jours, Nos révolutions et Notre âge d’or, les deux premiers étant déjà édités en poche.

Cette saga familiale est construite de manière classique et chronologique : un chapitre par année de 1920 à 2018. De l’Iowa où Walter et Rosanna Langdon, jeune couple, parents d’un enfant, démarrent leur propre exploitation agricole, aux villes de la côte est ou de Californie où leurs enfants et petits-enfants vont s’établir au gré de leurs aventures, le décor change et avec lui, la société se transforme.

De rurale et agricole, vivant au rythme des saisons, des catastrophes climatiques (sécheresses, tempêtes), elle devient plus urbaine. Les enfants de fermiers font des études et quittent la terre. Le travail agricole est de plus en plus mécanisé, chimique (le glyphosate est très présent et ses utilisateurs bien conscients de ses méfaits sur leur santé), les cours des productions agricoles fluctuent, faisant parfois la bonne fortune des fermiers mais plus souvent leurs énormes soucis. L’agrobusiness se développe de manière inexorable, poussant les agriculteurs à s’endetter. Cela accompagne les transformations de l’alimentation, de plus en plus éloignée du produit naturel.

La grande histoire est présente derrière l’histoire de la famille Langdon : guerres bien sûr (la Deuxième Guerre mondiale, celle du Vietnam mais aussi d’Irak et d’Afghanistan), mais aussi grande dépression de 1929, et crise des années 1930 ; histoire aussi des hauts et des bas de l’économie, de la politique internationale jusqu’au 11 septembre 2001.

Au-delà du milieu agricole, le roman évoque les milieux d’affaires et financiers, les milieux politiques (autour du personnage d’un député), universitaires, sans oublier le milieu des espions avec la CIA. On croise même deux militants communistes choisissant le trotskysme : « Après l’assassinat de Trotski, il déclara que tout était fini, il avait eu sa dose, jamais il ne lèverait le petit doigt pour aider Staline, la révolution était désormais si loin de ses bases qu’il n’y avait plus rien à sauver dans le communisme mondial. » (extrait de Nos premiers jours).

Les personnages, dont le nombre grandit au fil des années (car le couple Langdon a une descendance nombreuse !) sont suffisamment variés et ont des caractères et histoires personnelles suffisamment riches pour que le lecteur soit gardé en haleine. Pas de souci ! L’auteure met certains personnages davantage en valeur que d’autres, mais toujours avec beaucoup de nuances, d’attention aux évolutions au cours du temps, ce qui leur donne une épaisseur qui les rend « vrais », humains et attachants.

On les quitte à regret, à la fin du dernier tome ! Une vraie saga !

Liliane Lafargue

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article