Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Plastique : le grand emballement, de Nathalie Gontard et Hélène Seingier

Stock, 2020, 19,50 €

26 janvier 2021 Article Culture

Qu’est-ce que le plastique ? Pourquoi a-t ’il supplanté beaucoup de matériaux ces dernières décennies ? Comment fonctionne sa fabrication ? Ce livre coécrit par une journaliste et une chercheuse spécialisée dans les matières plastiques est riche en vulgarisation concernant la chimie du plastique et l’historique de son développement industriel.

Il est surtout éclairant sur les multiples dangers du plastique, et sur la vacuité totale des annonces du gouvernement et de l’industrie du plastique concernant la transformation du plastique en un matériau « renouvelable ». Les matériaux plastiques se dégradent en morceaux de plus en plus petits, ce qui prend plusieurs décennies, et ne se dégradent complètement qu’au bout de plusieurs siècles. Nathalie Gontard et Hélène Seingier alertent sur les dangers que représente la pollution aux microplastiques (des bouts de plastique invisibles à l’œil nu) qui sont déjà absolument partout et dont la concentration ne va faire qu’augmenter. Outre le fait que la plupart des matières plastiques ne sont pas recyclables, quand bien même le gouvernement annonce 100% de plastiques recyclés pour 2025, il y a aussi les outils marketings que sont les « bioplastiques », fabriqués à partir de matières végétales mais identiques à ceux fabriqués à partir de pétrole, ou encore des plastiques annoncés « compostables » … qui ne se dégradent qu’à la température de 60 degrés.

En bref, le livre souligne la contradiction entre une recherche publique prétendument orientée vers des solutions pour le bien commun de l’humanité – quand la défense directe des intérêts d’un État n’est pas pleinement assumée, et la complète subordination financière et politique de cette même recherche aux intérêts des entreprises privées, c’est-à-dire la recherche du profit comme unique critère de choix, ainsi que l’hypocrisie totale de la plupart des acteurs de l’économie verte.

B. Avelin

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article