Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Nickel Boys

Livre de Colson Whitehead

29 septembre 2020 Article Culture


Nickel Boys de Colson Whitehead

chez Albin Michel, 260 p., 19,90 €


Nickel Boys est le dernier roman de l’écrivain afro-américain Colson Whitehead qui s’était fait connaitre en 2016 par son livre Underground Railroad, qui décrivait la fuite d’une jeune esclave noire de Géorgie à travers les États du Sud, dans les années 1850. Il en profitait pour attaquer non seulement l’esclavage mais aussi l’attitude de certains blancs et institutions du Nord qui n’hésitaient pas à coopérer pour faire reprendre des esclaves évadés.

Cette fois Nickel Boys s’attaque à une autre institution américaine, les maisons de correction ou de redressement. C’est là que sont envoyés des mineurs délinquants ou supposés tels qui, en deux ans maximum, sont supposés devenir « des hommes honnêtes et honorables  ».

En fait, par bien des côtés, l’Académie Nickel, c’est son nom officiel, est la porte de l’enfer. Les adolescents qui y entrent sont soumis à toutes sortes de brimades et de punitions, physiques et morales, d’agressions sexuelles, de privations de sommeil, d’hygiène et de nourriture.

Si l’établissement accepte des adolescents noirs et blancs, la discrimination est stricte entre les uns et les autres, les seconds recevant la meilleure nourriture, les meilleurs vêtements et sont hébergés dans les bâtiments les moins vétustes.

Quant à la corruption elle est partout. Depuis le prêt gratuit des jeunes aux notables locaux pour effectuer les travaux pénibles ou domestiques jusqu’à la vente clandestine aux commerçants du coin de la nourriture, des produits d’hygiène et d’entretien destinés aux détenus, noirs en particulier.

Le roman suit, pas à pas, l’arrivée à Nickel dans les années 1960 d’Elwood Curtis, jeune afro-américain idéaliste et non-violent, admirateur du pasteur Martin Luther King et qui se retrouve là du fait d’une erreur judiciaire. Alors qu’il se rendait à l’université d’une ville voisine, il a été pris en stop par un homme… qui venait de voler la voiture qu’il conduisait. Le passager et le conducteur sont tous deux arrêtés peu après par la police et Elwood envoyé par un juge à Nickel malgré ses protestations d’innocence. Il s’y liera d’amitié avec un autre jeune, Turner, et leur plan d’évasion aura des conséquences tragiques.

Pour écrire ce livre Colson Whitehead s’est inspiré d’une histoire réelle, celle de l’école de garçons Arthur G. Dossier School for Boys, à Marianna, en Floride. Pendant plus d’un siècle, et jusqu’à sa fermeture en 2011, c’est là que furent envoyés des milliers de jeunes. Des fouilles effectuées par la suite sur le site mirent à jour un grand nombre de tombes clandestines où reposaient les corps de jeunes, torturés, assassinés et parfois violés par les gardiens avec la complicité de l’administration de l’établissement. Officiellement ils avaient été déclarés « en fuite ». C’est Ben Montgomery, un journaliste du quotidien local The Tampa Bay Time, qui rendit l’affaire publique en lui donnant un maximum de publicité.

Pour ce livre Colson Whitehead a obtenu le prix Pulitzer 2020, la plus haute distinction littéraire américaine, prix qu’il avait déjà reçu pour Underground Railroad.

Jean Liévin

Mots-clés : | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article