Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 126, mai 2019

Élections européennes

Exprimer la colère populaire, en votant pour la liste de Lutte ouvrière

Macron est parti très en avance en campagne pour la prochaine élection des députés européens, sans susciter l’engouement pour l’instant. Mais ses ambitions sont plus limitées. Il lui suffit de mobiliser sa base sociale : le patronat, les start-upeurs, cadres supérieurs des grandes villes et la foule des petits notables de province qui ont fait l’essentiel du public de son Grand bla-bla et de capter l’électorat de droite.

Bien sûr, Macron restera en place même si la liste gouvernementale aux européennes subit une déculottée. Surtout, la plupart de ses opposants n’ont pas de politique de rechange. Ils se distinguent de lui dans les détails, mais pas sur le fond. Enfin, pour faire cracher aux grandes fortunes le « pognon de dingue » qu’elles ont tiré de notre exploitation au travail, et dont le milliard pour la cathédrale Notre-Dame n’est qu’une goutte d’eau, il faudra bien plus que des bouts de papier dans une urne. Il faudra un grand incendie, social cette fois-ci.

Alors pourquoi voter ? Pour ne pas laisser un monopole de la parole à la bourgeoisie, aux riches et à tous ceux qui de fait s’accommodent de l’exploitation capitaliste, voire distillent leur démagogie nationaliste et xénophobe. Et surtout pour dire ce que nous voulons.

Les capitalistes ont miné la vie des travailleurs en développant le chômage comme jamais, en écrasant les salaires, en développant la précarité au point que l’on peut disposer d’un travail et se retrouver au niveau du seuil de pauvreté, voire en dessous. Le programme des travailleurs, c’est d’imposer l’interdiction des licenciements et des suppressions d’emplois, l’instauration d’un Smic européen... mais à 1 800 euros net par mois ! L’arrêt du démantèlement des services publics de santé, de transport. Dans le rail, l’énergie, ou la santé, un véritable service public à l’échelle européenne aurait une puissance autrement plus forte face aux multinationales qu’à l’échelle nationale.

Leur Europe est aux ordres de chacun des gouvernements nationaux qui s’empresse d’offrir à ses propres capitalistes de nouveaux marchés rentables – car bien souvent subventionnés par l’argent public – tout en se défaussant sur le dos de l’Europe de ses propres responsabilités.

À bas bruit, les frontières du continent se hérissent de barbelés, tandis que de véritables camps de concentration s’ouvrent, en partenariat avec l’Europe, sur les rives africaines de la Méditerranée.

Loin de nous protéger, ces frontières nous divisent, nous travailleurs. Des traders français vivant à New-York peuvent voter. Mais nos collègues de travail étrangers n’auront pas leur mot à dire. Pire, des centaines de milliers d’entre nous, faute d’avoir des papiers, sont condamnés à une existence de fantômes, et à l’exploitation redoublée qui l’accompagne.

L’intérêt des travailleurs est de tendre la main à tous leurs frères chassés de leur pays par les guerres que nos dirigeants y mènent ou soutiennent, par la misère que ces guerres ou le pillage des richesses de leur pays multiplient. L’intérêt des travailleurs d’Europe est de permettre à tous les réfugiés, tous les « migrants », une complète liberté de circulation.

La politique de l’Europe, c’est celle des bourgeoisies de ses différents pays. Nous avons besoin d’une autre Europe, que nous forgerons dans le creuset des luttes de tous les travailleurs qui la composent contre ces mêmes bourgeoisies.

En France, dans les élections européennes à venir, la seule liste à proclamer haut et fort la nécessité d’ouverture des frontières pour offrir une totale liberté de circulation est la liste présentée par Lutte ouvrière et conduite par Nathalie Artaud et Jean-Pierre Mercier. C’est la seule liste à mettre en avant un plan d’urgence qui pourrait devenir un plan de lutte de tous les travailleurs, non seulement ici, mais dans toute l’Europe.

Nous invitons à voter et faire voter pour la liste Lutte ouvrière menée par Nathalie Arthaud et Jean-Pierre Mercier celles et ceux qui veulent non seulement affirmer leur rejet de Macron et de ceux qu’il représente, mais aussi s’opposer à toutes les formes de nationalisme, en France et en Europe, qui se reconnaissent dans un plan d’urgence pour le monde du travail et y voient un moyen de bâtir l’unité des travailleurs d’Europe. Liste soutenue par le Nouveau parti anticapitaliste de Philippe Poutou et Olivier Besancenot.

Mots-clés : | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article