Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 103, janvier-février 2016 > États-Unis : Deux catastrophes environnementales et sanitaires

États-Unis : Deux catastrophes environnementales et sanitaires

À Flint, l’eau du robinet qui sent l’égout

Mis en ligne le 11 février 2016 Convergences Monde

Depuis avril 2014, Flint, dans le Michigan, connait une crise de l’approvisionnement en eau. Il fut alors décidé de pomper l’eau courante dans la rivière de Flint. Alors qu’elle était jusque-là propre et transparente, l’eau du robinet devint soudain polluée, de couleur brune et nauséabonde. Prendre un bain avec cette eau provoque des éruptions cutanées. Comme le dit un habitant, « Certains jours, l’eau sentait l’égout, d’autres jours elle sentait l’eau croupie et d’autres jours encore elle avait une odeur d’eau de piscine ». Depuis, la concentration de plomb dans le sang des enfants de la ville a doublé. Les habitants de Flint ont protesté mais les autorités n’ont absolument rien fait jusqu’à ce que le scandale éclate au niveau national.

Qui est responsable de l’empoisonnement de l’eau de la ville ?

Pendant la crise financière, l’État du Michigan a adopté une loi permettant au gouverneur de nommer un administrateur pour gérer les villes en difficulté financière. Ces administrateurs imposent des coupes budgétaires brutales. Celui de Flint, nommé par le gouverneur Rick Snyder, est Darnell Earley. Depuis 50 ans, l’eau de Flint provenait du système d’approvisionnement de la région de Détroit. Non contentes de changer la source d’approvisionnement en eau, les autorités ont omis de procéder aux contrôles de la corrosion qui auraient permis de prévenir l’empoisonnement de l’eau par le plomb provenant des canalisations. Du jour au lendemain, les habitants de Flint ont consommé une eau pleine de plomb et de bactéries. Depuis, l’eau courante est coupée et les habitants se voient contraints de consommer de l’eau en bouteille. Cerise sur le gâteau, la population reçoit des factures de centaines de dollars pour l’eau avec laquelle on l’a empoisonnée.

Flint, hier et aujourd’hui

Flint a bien changé. La ville abritait naguère le plus grand complexe industriel de General Motors (GM) au monde. Il y a 40 ans, sur 190 000 habitants, 80 000 travaillaient dans les usines GM. Au cours des trente dernières années, GM a licencié 70 000 de ces travailleurs et près de la moitié de la population est partie. 42 % de la population de la ville vit sous le seuil de pauvreté. Les Noirs sont les premiers touchés par cette catastrophe économique. Ils forment aujourd’hui 84 % de la population de Flint. Plus de la moitié des Noirs du Michigan vivent aujourd’hui dans des villes dirigées par un administrateur nommé par l’État.

Alors que, dans tout le pays, des États ont imposé des coupes budgétaires massives, la contamination de l’eau de Flint est si scandaleuse qu’elle est devenue un sujet de débat pour les candidats à la primaire démocrate, Clinton et Sanders.

La catastrophe de Flint n’est pas un cas isolé et n’est pas due à un ou quelques mauvais dirigeants. Ce qui est arrivé à cette ville est le produit d’une politique de démantèlement des services publics et des infrastructures pour faire payer la crise à la population. Si nous les laissons faire, notre avenir ressemblera à Flint.

Après Flint, l’administrateur poursuit ses basses œuvres à Détroit

Après avoir empoisonné l’eau de Flint, Darnell Earley s’est vu récompensé en étant nommé administrateur d’urgence des écoles publiques de la ville de Détroit, à une centaine de kilomètres, dans le sud du Michigan. Le 15 avril dernier, il a imposé une baisse de salaire de 10 % aux professeurs et employés des écoles. Les coupes budgétaires ont aussi concerné le chauffage, les livres et les installations sanitaires des écoles. En réaction, plus de la moitié des professeurs (dont les grèves sont considérées comme illégales) se sont mis en arrêt maladie.

26 janvier 2016, C.S. et V.H.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 103, janvier-février 2016

Mots-clés