Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Autres archives > Tribunes de la fraction dans l’hebdomadaire « Lutte Ouvrière » > 2007 > avril > 27

Tout sauf Sarko… Vraiment ?

27 avril 2007

« Tout sauf Sarkozy », entendons-nous de différents côtés depuis deux jours. C’est le code pour dire « Tous derrière Royal ».

Un beau tour de passe-passe. Car avec Royal nous n’aurons peut-être pas Sarkozy. Mais à coup sûr nous aurons sa politique, celle qui conviendra au camp des spéculateurs, des exploiteurs et des licencieurs. Et encore ! Après les présidentielles il y a les législatives. Même sans remonter aux deux ans de gouvernement Mitterrand-Chirac, les deux adversaires du deuxième tour des présidentielles de 1988, il y a eu les cinq ans de gouvernement Chirac-Jospin, les deux adversaires du deuxième tour des présidentielles de 1995. Alors absolument exclu, un jour, le couple Royal-Sarkozy ?

La politique de Sarkozy nous l’aurons aussi en gros et en détail avec Royal (si la mobilisation populaire ne s’y oppose pas). Sarkozy veut « policer » la jeunesse. Royal, elle, veut la militariser. Où est le moins pire ? Avec Sarkozy la précarité ne diminuera pas, ç’est sûr. Mais Royal veut rétablir un CPE encore plus favorable aux patrons. Où est le mieux ? Ce n’est pas avec Sarkozy que les sans papiers en auront, certain ! Mais Royal se refuse à légaliser massivement : au coup par coup donc, et en expulsant les autres. C’est exactement ce qu’a fait et ce que se propose de faire Sarkozy… et ce qu’a fait aussi Chevènement quand il était ministre, lequel soutient aujourd’hui Royal et sera sans doute à nouveau ministre demain, si elle est élue. Il serait trop long d’énumérer toutes les similitudes des deux projets. Celles des politiques des gouvernements dont ont fait partie l’un ou l’autre candidat suffiraient pour nous édifier.

Mais nous en avons un bon exemple juste sous les yeux. Bayrou est un homme de droite que critiquait Royal la semaine dernière. Négocions une alliance lui propose-t-elle cette semaine. De quoi en effet se faire « gondoler » Bayrou, désormais peloté par le PS et chatouillé par l’UMP ! Mais pas vraiment de quoi faire rire tous les électeurs de gauche que trop de monde, y compris à la gauche de la gauche, appelle à passer sur leurs réticences et leurs méfiances et voter Royal, au prétexte de chasser la droite. Depuis hier ces électeurs peuvent savoir qu’ils ont toutes les chances de voir se concrétiser leurs craintes sous une présidence Royal et… d’avoir toujours la droite en prime.

Nous regrettons donc l’empressement qu’a mis l’extrême gauche à appeler à voter Royal dès dimanche soir. Cet empressement permet à la candidate du PS de considérer comme acquises, sans frais, les voix sur sa gauche et de s’activer exclusivement à séduire sur sa droite (et donc d’infléchir encore son programme dans cette direction). Mais si Royal veut les voix des électeurs d’extrême gauche, que ne prend-elle quelques engagements de satisfaire un minimum de revendications des couches populaires ?

Est-ce un retour à sa vieille politique de la part de la LCR qui pourtant durant la campagne a pris toutes ses distances avec la gauche gouvernementale ? L’effet de l’abattement de LO devant son mauvais résultat ?

Il n’y a pourtant pas de quoi s’effondrer. Certes Arlette Laguiller a fait son plus mauvais score. Pourtant en totalisant celui-ci et celui d’Olivier Besancenot (comme Arlette elle-même nous a invités à le faire au cours de la campagne) l’extrême gauche arrive à son résultat de 1995 en pourcentage et le dépasse en nombre de voix. Moins qu’en 2002 c’est vrai. Mais en 1995 Arlette Laguiller se présentait seule (la LCR n’ayant même pas pu le faire) et ce sont bien les élections de cette année-là qui sont considérées comme marquant la percée de l’extrême gauche sur la scène électorale.

Malgré les apparences (électorales), ou les commentaires des médias (purement électoralistes), l’extrême gauche n’a pas moins de forces militantes réelles pour intervenir sur la scène politique et sociale dans la période qui vient. Elle aurait toujours avantage à intervenir en commun, ce qui est d’autant plus facile à envisager que les candidats des deux organisations ont défendu dans cette campagne électorale le même programme (les mêmes mesures d’un plan d’urgence à mettre en avant comme objectifs lors des prochaines mobilisations sociales, la même dénonciation du programme du PS et un refus clair d’alliances avec la gauche gouvernementale). Il n’y aurait vraiment que les vieux réflexes, ayant nui si souvent au mouvement trotskyste, qui pourraient constituer un obstacle : accès de triomphalisme à la LCR enivrée par le résultat du premier tour, repli sur elle-même de LO, trop occupée à panser ses plaies (seulement électorales, c’est-à-dire au fond sans véritable importance).

Mais si cette volonté d’intervention existe bien, elle aura vite des occasions de se manifester : dès le 1er mai en constituant ensemble des cortèges d’extrême gauche conséquents ; quelques semaines plus tard en présentant des candidatures communes lors des législatives, sur un programme commun des révolutionnaires déjà tout trouvé, celui défendu chacun de leur côté par Olivier Besancenot et Arlette Laguiller.

Jacques MORAND

Réactions à cet article

  • nos forces militantes nous laissent entrevoir que le combat est rude et le sera probablement. D’accord sur le fond sur la ligne qui me parait juste, sauf quelques petits oublis bien intentionnels ! comme montrer notre solidarité et sans ambiguité car notre plan d’urgence est là pour le rappeler et notre campagne très ciblé contre le patronnat et leurs valets aussi. Oui nous avons critiqué et bien largement les directions politiques de droite et de gauche qui laissent entrevoir de futures opportunitées gouvernementales reactionnaires et anti-ouvrieres ; mais ce qui compte un peu c’est de populariser le fait qu’une mobilisation est possible aujourd’hui sur des revendications de classe et il faudra pour cela y pousser le PS,l’espoir reste dans cette mobilisation et la volonté farouche de s’opposer a des politiques criminelles et pour cela la confiance passe peut-etre par ce deuxieme tour.Notre milieu est celui des boites a forte proportion immigrés des travailleurs qui subissent de plein fouet tout les jours les discriminations voire les expulsions.OUI on doit se mobiliser derriere lo qui ne cedera rien aux fourberies de la droite et a la myopie de la gauche.

    Réagir à ce message

    • Je suis d’accord avec toi mais en ce qui concerne les immigrés il se trouve que les premières mesures anti immigration ont été prises par la gauche.

      Le problème c’est que soutenir ouvertement un parti bourgeois même soft, c’est conforter les gens dans l’illusion qu’il sera moins pire, et c’est ce genre de chose qui démoralise les travailleurs, à long terme et qui les dégoutte de la politique. On peut être solidaire des personnes, sans pour autant les suivre dans leurs erreurs (Royal sera moins pire que Sarko). Comment dire « je vote et appelle à voter Royale » et ensuite garder sa crédibilité quand on critique la gauche ? C’est pour ça que je ne vais pas céder à la peur et voter Royal. Se déclarer solidaire c’est juste, mais appeler à voter pour un parti contre un autre parti, je pense que c’est une erreur de la part d’un parti révolutionnaire dont la participation à des élections bourgeoises devrait se limiter au premier tour.

      Réagir à ce message

    • Il faudrait « pousser le PS » dans la mobilisation sur des revendications de classe !?!?? Ca, nous n’avons aucune chance de réussir, que la candidate PS soit élue ou pas.

      Réagir à ce message

      • l’extreme gauche aujourd’hui n’a pas les moyens de ses prétentions il est évident que le parti socialiste est unparti bourgeois sclérosé mais le vote de soutien a royal est un vote anti-sarko le candidat du medef pas plus.Et s’il doit étre autre chose aux révolutionnaires de le démontrer, et là on attends toujours.Par ailleurs le parti socialiste est en pleine « mutation » et dans cette période intéressante nous pourrons apprécier le poids et la valeur des uns et des autres.

        Réagir à ce message

  • Globalement en accord avec votre article, auquel vous auriez pu rajouter que la loi de sécurité intéreure de Sarko est une « copie collée » du projet de loi de sécurité quotidienne de D. Vaillant ministre PS de l’intérieur. Bien sûr Royal mettra en place le CPE ; bien sûr la loi sur l’immigration est la même pour les deux, puisque les propositions de S. Royal sont une paraphrase de la loi sur l’immigration choisie. L’appel de la LCR a néanmoins changé par rapport aux appels à voter « social-democrate » précédents : il s’agit d’un référundum anti Sarko et non vote Royal, et c’est beaucoup plus qu’une nuance. De plus il ne faut pas oublier que cet appel est double : dans la rue et dans les urnes, et là la nuance n’est plus du tout une nuance. Enfin, il est clair que le tout sauf Sarko n’est en aucun cas une fin en soi, ce sur quoi je suis en total accord avec votre article ; cependant, si on peut 1) se priver d’un individu violent dans les actes et les paroles (la racaille, le karcher et la rue Rampal) ; 2) envoyer un avertissement, si faible soit-il que toutes les Lepenisations et autre mépris (la France qui bosse contre celle qui se lève tard, i.e. les chomeurs et précaires ; la France qu’on aime pas on la quitte) peuvent ne pas passer cela passe aujourd’hui par une tentative de barrage anti-Sarko.

    En ce qui concerne l’action unitaire, malheureusement cela reste à batir et c’est un grave échec de la campagne du 1-er tour, à mon sens, que d’avoir échoué sur ce point au moins entre LO et la LCR qui ont effectivement fait des campagnes très voisines. Est-ce que ne pas appeler à un barrage anti-Sarko aiderait à construire la barque unitaire ? Si oui, alors on se trompe.

    Réagir à ce message

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article