Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Bulletins d’entreprise > Orange Raspail > 2020 > mai > 19

Orange à l’heure du déconfinement

Chez Orange, la direction a annoncé la prolongation du télétravail au moins jusqu’au 2 juin, puis des retours sur site progressifs et alternés. Mais cela ne concerne clairement pas tout le monde.

Côté boutiques, au contraire, elle pousse à la réouverture : sur quelque 630 boutiques, la direction avait d’abord prévu d’en ouvrir 250 dès le 11 mai dernier, avant de revenir au chiffre de 125, avec une présence au volontariat. Mais seulement pour la première semaine !

Maintenant, c’est tout le monde dans toutes les boutiques possibles… et « avec le sourire », comme dit la pub’ Orange ?

Quant aux techniciens d’intervention, l’activité n’a pour certains jamais vraiment cessé. Et, au moins au début de la crise sanitaire, ni dans des conditions optimales (masques et gel ayant tardé à arriver), ni pour les seules véritables urgences. Quel est le bilan ? La direction de Orange n’en dit pas grand‑chose. Il est certain qu’au moins trois techniciens sont décédés du covid‑19 – un dans l’est de la France, un autre en banlieue parisienne (à Bagnolet), un troisième à l’Unité d’intervention de Paris‑centre (sur le site de Philippe‑Auguste). Plus, dernièrement, un collègue du Service clients du site parisien de Saint‑Michel. Certes, à défaut d’expertise, la direction peut soutenir qu’on ne peut savoir où les victimes ont été contaminées, au travail ou ailleurs. Reste que les risques professionnels sont évidemment plus importants à l’occasion d’interventions techniques qu’en télétravail. Ce n’est sans doute pas par hasard si, finalement, les salariés de plus de 60 ans et pouvant être en contact avec des clients sont « invités » par Orange à rester chez eux en Île‑de‑France et dans l’Est, c’est‑à‑dire là où des décès de techniciens sont avérés… mais ni dans les autres régions « rouges » (Hauts‑de‑France et Bourgogne‑Franche‑Comté) ni a fortiori dans celles dites « vertes ».

* * *

Depuis début mai, les parents ne pouvant télétravailler et devant garder à domicile un enfant de moins de 16 ans – les établissements scolaires n’étant pas tous ouverts… heureusement – ne peuvent plus bénéficier d’un arrêt de travail. Car le « sans compter » de Macron, c’est bon pour les aides au patronat, pas pour les salariés !

Dans la foulée, les belles paroles de Orange sur l’absence de perte de salaire se sont aussi envolées : pour bénéficier de trois jours par semaine d’absence rémunérée, les parents concernés devront compléter par deux jours de congé. Sinon, ils seront placés en chômage partiel, avec donc une perte de revenu… un dispositif auquel, il y a peu, Stéphane Richard se vantait qu’Orange n’avait pas recours !

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article