Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Argentine

Non à la condamnation de Daniel Ruiz et César Arakaki !

17 novembre 2021 Article Monde

Photo : Federico Imas

Lundi 8 novembre, la justice argentine a condamné Daniel Ruiz et César Arakaki à trois ans, et trois ans et quatre mois de prison respectivement, pour leur participation aux manifestations des 14 et 18 décembre 2017 contre la réforme des retraites de Mauricio Macri. Ce 18 décembre, plus de 300 000 personnes s’étaient mobilisées, malgré la répression des jours précédents, pour dénoncer les attaques anti-ouvrières du gouvernement. Les affrontements avec la police avaient fait de nombreux blessés, et la droite dénonçait la violence des manifestants qui auraient jeté « quatorze tonnes de pierres » contre le Congrès. Mais le gouvernement avait bien été obligé de retirer sa réforme.

Daniel Ruiz, militant du PSTU (LIT-CI) et César Arakaki, acteur et militant du Parti ouvrier, ont fait partie des dizaines de manifestants arrêtés ce jour-là. Le policier qui les avait dénoncés a depuis retiré sa plainte, face aux preuves vidéos explicites montrant que les violences dont il accusait Daniel et César étaient infondées. Pourtant la justice s’acharne contre ces militants, et contre un autre militant du PSTU, Sebastián Romero, actuellement emprisonné à domicile.

Ces condamnations, édictées à une semaine à peine des élections, sont un message politique qui vise à criminaliser la contestation sociale.

Les deux camarades vont faire appel et sortent libres du tribunal. Mais au-delà de la dénonciation de ce jugement abject, c’est la lutte contre toutes les réformes anti-ouvrières engagées par le gouvernement « de centre-gauche », ou exigées par la bourgeoisie et le FMI à laquelle ils appellent à continuer !

S.B.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article