Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Vidéos

Argentine. Quels défis pour l’extrême gauche après les élections ?

23 novembre 2021 Vidéo Monde

Nous avons posé quelques questions aux camarades du Parti ouvrier d’Argentine pour connaître leur analyse de la situation après les élections législatives et les problématiques qui se posent à eux en termes de construction.

Nous publions la vidéo qu’ils nous ont envoyée, sous-titrée par nos soins, avec les réponses de Gabriel Solano, membre de la direction du Parti ouvrier et député élu à la Législature de la ville autonome de Buenos Aires.


Glossaire :

  • FIT-U : Le Front de gauche et des travailleurs (FIT-U) regroupe depuis 2010 trois, puis quatre organisations trotskistes : le Parti des travailleurs socialistes (PTS, lié au Courant communiste révolutionnaire-Révolution permanente en France), le Parti ouvrier (PO), la Gauche socialiste (IS) et le Mouvement socialiste des travailleurs (MST).
  • PO : Le Parti ouvrier est une organisation trotskiste argentine, organisée autour du journal Prensa obrera, et qui anime la Coordination pour la refondation de la Quatrième internationale (CRCI).
  • Polo obrero  : Le Parti ouvrier intervient dans différents secteurs (enseignants, jeunesse, syndicalisme, mouvement des femmes, mouvements LGBTI…) par le biais de groupements particuliers. Le Pôle ouvrier, fondé au début des années 2000, constitue le groupement d’intervention dans le mouvement dit « piquetero » des travailleurs privés d’emploi ou précarisés, qui s’est développé en Argentine dans les années 1990 et a joué un rôle de premier plan dans l’explosion sociale qui a suivi la crise économique de 2001. Le Pôle ouvrier s’organise en assemblées de quartier, et lutte pour l’accès à l’emploi, au logement, et pour obtenir des aides sociales notamment des bons alimentaires.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article