Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 127, juin-juillet-août 2019 > DOSSIER : Plongée dans l’Amérique sous Trump

La gauche révolutionnaire

15 juin 2019 Convergences Monde

La gauche révolutionnaire reste faible. Elle est confrontée aux succès récents du Parti démocrate, à la concurrence des ONG et à la croissance de DSA. Elle n’a toujours pas de rôle significatif dans les manifestations de masse ou les mobilisations à court terme.

La plupart de ces groupes interviennent également dans les syndicats, où ils ont pu agir à un niveau modeste dans les différentes grèves des enseignants à travers le pays.

Les deux plus grands groupes trotskystes américains, Socialist Alternative et International Socialist Organization (ISO) [1], ont orienté une bonne partie de leur presse et de leurs activités vers des activités communes avec DSA, l’influençant parfois et recrutant à sa marge.

Socialist Alternative, qui s’est fait connaître au niveau national avec l’élection de Kshama Sawant comme membre socialiste du conseil municipal de Seattle en 2014, a fait campagne pour Bernie Sanders lors des élections primaires du Parti démocrate en 2016 et a appelé à voter pour les candidats démocrates soutenus par DSA.

ISO (International Socialist Organization), avant sa dissolution récente, a consacré une grande partie de son énergie à la lutte contre la droite, principalement sur les campus. ISO ne s’était pas engagée dans les campagnes de Sanders ou des autres démocrates proches de DSA, mais parle favorablement de leurs activités comme contribuant à la croissance d’une « conscience socialiste ».

En dehors de DSA, de nombreux petits groupes ont vu le jour affichant des idées anarchistes, communistes de gauche, maoïstes, trotskystes ou semi-trotskystes. Certains ont quitté des groupes déjà en place, d’autres sont inspirés par de vieux militants de diverses tendances, d’autres encore sont formés par des jeunes gens à la recherche d’idées autour desquelles organiser leurs activités. L’un des plus grands de ces groupes est Philly Socialists et se trouve à Philadelphie. Avec quelques centaines de cotisants, c’est une organisation hétérogène et ouverte aux militants de toutes tendances idéologiques, à condition qu’ils se prononcent en faveur de la révolution prolétarienne contre le capitalisme. Leur dernière conférence en décembre 2018 a réuni 24 groupes et quelques centaines de membres sur le papier, constituant le National Marxist Center, une organisation se voulant nationale.


[1Le groupe ISO, suite à une crise interne, vient de voter en avril 2019 sa dissolution.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Mots-clés