Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Autres archives > Tribunes de la fraction dans l’hebdomadaire « Lutte Ouvrière » > 2001 > novembre > 2

31e congrès du PCF : Buffet mutée à la tête du parti : pas de quoi doper le communisme !

2 novembre 2001

Le 31e congrès du PCF, qui s’est tenu le week-end dernier à la Défense, a suscité beaucoup d’ironie dans la presse, décrivant complaisamment la lente mais inéluctable agonie du communisme, et se moquant du dernier numéro de mutation du candidat communiste aux présidentielles : le changement de sexe du secrétaire général.

Il en est cependant au moins un qui ne veut pas d’une nouvelle chute du PCF : Lionel Jospin. Le PCF n’est pas pour lui un simple concurent électoral, allié de circonstance. Il est aussi un indispensable partenaire : sur sa gauche, il attire les voix de travailleurs déçus, voire en colère, contre la politique du gouvernement, pour mieux les rabattre dans le camp de la gauche plurielle. Dans les entreprises et dans les luttes, il tente de se faire le porte-parole des mécontentements pour les canaliser, les maintenir dispersés, les empêcher de gêner le gouvernement. Un rôle que nulle autre organisation, ni le PS, ni les Verts, n’est capable de jouer. C’est un partenaire fiable, avec ses fausses colères et sa vraie servilité, « un pied dans le mouvement populaire, un pied dans le gouvernement », pour mieux empêcher le premier de nuire au second.

C’est pourquoi Jospin lui fait de temps en temps des petits cadeaux, pour permettre à la direction du PCF de sauver la face et dire à ses militants et à ses électeurs : « Vous voyez, le parti communiste sert encore à quelque chose ! Il a raison de rester au gouvernement ! » Pour entretenir sa danseuse, Jospin vient ainsi d’accorder une rallonge d’un milliard de francs à l’hôpital public, pour convaincre le groupe parlementaire communiste de ne pas voter contre la loi sur le budget de la santé.

Un milliard, ce n’est pourtant pas grand chose, en comparaison des besoins des hôpitaux, frappés par les sous-effectifs, et alors que selon la CGT elle-même il faudrait 80 000 embauches pour compenser le passage à de vraies 35 heures dans ce secteur. C’est aussi le prix d’un de ces avions Rafale qui iront peut-être bientôt bombarder le peuple afghan. Jospin est plus généreux avec sa régulière et légitime, le patronat ! Pour ne prendre qu’un exemple tout récent, les opérateurs de télécoms, réclamaient une division par 4 du prix des licences UMTS. Bercy l’a divisé... par 8. Ces groupes pourtant richissimes paieront donc 4 milliards de francs au lieu des 32,5 milliards initialement prévus.

« Eradiquer le communisme ? »

L’ennui, pour Hue d’abord mais aussi pour Jospin, c’est que le déclin du PCF continue, ce qu’a montré encore à sa manière ce congrès. Depuis 1997, le PCF a bien servi. Mais il a aussi provoqué le découragement de dizaines de milliers de militants communistes, renonçant à défendre (même si c’est à leur manière !) leurs collègues de travail ou les habitants de leur quartier. Et l’adhésion de ceux-là est indispensable à la direction du PCF pour jouer son rôle de flanc-garde de la politique anti-ouvrière du gouvernement. Comment le pourrait-elle sans relais dans la population ?

Autre signe d’affaiblissement du PC, Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT, a quitté le conseil national du PCF à l’occasion de ce congrès, sous prétexte que son maintien à la direction du parti entretiendrait « des ambiguïtés sur ce que serait la nature des relations existant entre le parti et la CGT ». L’indépendance syndicale a bon dos, quand il s’agit de prendre ses distances avec le PCF pour se rapprocher du gouvernement, et même du patronat. Elle a déjà servi de prétexte pour diviser les travailleurs, le 16 octobre 1999, quand la CGT a refusé de manifester aux côtés des « politiques » et du PCF « contre le chômage et les licenciements », ou le 9 juin dernier, quand elle disait se méfier de la « récupération politique » pour justifier sa non participation à la manifestation initiée par les licenciés de Danone, de Marks & Spencer ou d’AOM. Le « recentrage » de la CGT, en fait l’équivalent syndical de la politique de Robert Hue, affaiblit par certains côtés le PCF. Pas pour le bien des travailleurs et de leurs luttes.

Le déclin du PCF ne peut faire ni rire ni pleurer les révolutionnaires. Ils ont certes autre chose à faire que s’apitoyer sur le sort d’un parti ouvrier qu’une politique de décennies de collaboration de classe a conduit à la faillite. Et prétendre le conseiller dans ses propres intérêts est ridicule. Mais il a rarement été aussi urgent de proposer à ceux de ses militants que préoccupe le sort du monde du travail -et qui existent encore, n’en déplaise aux medias bien-pensants- une politique radicalement différente de celle de leurs dirigeants.

Si la « mutation » vers le « Nouveau Parti Communiste » se fait dans la douleur, c’est parce qu’il y a de la résistance chez bien des militants. Au congrès, le lapsus à la tribune de la présidente du conseil national n’a pas fait rire la salle. Elle avait parlé « d’éradiquer le communisme » au lieu du « terrorisme »... Si le congrès a étalé des polémiques sur la viabilité du « bicéphalisme » Hue-Buffet, dans les cellules du parti, ce sont des raisons autrement plus sérieuses qui font douter les militants communistes. Comment lutter réellement contre les licenciements ? Que penser de cette guerre que mènent les Etats-Unis avec la pleine complicité du gouvernement français, en Afghanistan, et que la direction du PCF n’a pas voulu condamner, se contentant d’en appeler à une lutte contre le terrorisme, « y compris avec des moyens militaires », mais « sous l’égide de l’ONU » (Robert Hue dans « L’Humanité ») ?

Ce sont autant de sujets sur lesquels l’extrême-gauche est capable d’influencer des militants du parti communiste, ceux qui ne veulent pas « éradiquer le communisme ». En tentant de leur proposer une politique de riposte de la classe ouvrière, en leur montrant que nous pouvons avoir des objectifs communs, sans rien enlever à notre programme, ni à nos critiques contre la politique de leur direction.

Bernard Rudelli

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article