Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 3, mai-juin 1999

Editorial

Voter LO-LCR le 13 Juin

Mis en ligne le 1er juin 1999 Convergences Entreprises

La campagne de Lutte ouvrière et de la Ligue Communiste Révolutionnaire rencontre un large écho politique. Son profil – une liste en opposition radicale avec la politique du gouvernement Jospin, une liste qui reprend à son compte les revendications des luttes, des grèves et des mouvements sociaux, une liste qui s’en prend aux capitalistes et à la propriété privée – est en phase avec le rejet de la politique de la gauche plurielle par une partie de la jeunesse et de la classe ouvrière, parmi les travailleurs du rang comme dans les milieux militants.

Dans le même temps le PCF et les Verts ne cessent de s’aligner sur le Parti Socialiste, et il suffit que Jospin hausse le ton pour qu’ils fassent taire leurs critiques, pourtant déjà bien tempérées, et fassent bloc autour du gouvernement.

Face à l’intervention massive de l’OTAN, notre liste est la seule à défendre clairement une position internationaliste : l’arrêt immédiat des bombardements, la condamnation du régime Milosevic et de sa politique de purification ethnique, la solidarité avec les Kosovars et la reconnaissance de leur droit à l’autodétermination.

Avec ces élections l’extrême gauche a l’opportunité de se tailler une nouvelle place dans la vie politique française, sinon européenne. Certes la guerre en Yougoslavie peut chambouler la donne et ramener du côté des partis gouvernementaux des électeurs émus devant les images bouleversantes des réfugiés kosovars. Mais la politique criminelle de Milosevic ne pourra servir indéfiniment d’argument à une intervention de l’OTAN pas moins criminelle, tant il est de plus en plus évident que l’une et l’autre aboutissent plus à se justifier mutuellement qu’à se combattre.

A quelques semaines des élections, la tâche de tous ceux qui veulent changer les choses est donc de faire campagne en faveur du vote pour la liste Arlette Laguiller-Alain Krivine.

D’abord parce qu’un bon score contribuerait à remonter le moral de la fraction la plus combative des travailleurs et les aiderait à entraîner leurs camarades de travail à réagir contre les attaques prévisibles du patronat.

Mais aussi pour préparer la suite. Car des résultats dépendra au moins en partie que LO et la LCR soient en situation de peser un peu plus sur la scène politique et que grandisse la possibilité de consolider un pôle clairement anticapitaliste, qui apparaisse comme un début d’alternative crédible à la gauche plurielle. A condition de ne pas limiter l’intervention des diverses forces d’extrême gauche à la seule campagne électorale, d’apporter des réponses, de susciter des initiatives concrètes pour s’opposer à la politique d’Aubry et du patronat autour de la nouvelle loi sur les 35 heures, à la remise en cause de la sécurité sociale et la mise en place des fonds de pension déjà programmées ou encore à l’intervention de l’OTAN et du gouvernement français dans les Balkans.

Beaucoup de celles et de ceux qui soutiennent la liste et participent à ses réunions publiques s’interrogent sur ce qui va se passer après les élections, avec la crainte que cette unité, au sein du camp des révolutionnaires, même si elle n’est que partielle, soit sans lendemain.

L’enjeu est de taille, la responsabilité de la LCR et de LO également. Oui, il faut affirmer clairement que ce qu’il a été possible de faire dans cette campagne électorale, et notamment de défendre des revendications, un plan d’urgence répondant aux exigences de la situation, devra se poursuivre après les élections en favorisant le rassemblement de toutes les forces prêtes à œuvrer à la mobilisation pour la défense des intérêts du plus grand nombre contre la politique d’austérité patronale et gouvernementale. C’est ainsi qu’il sera possible d’affermir et d’amplifier la crédibilité de cette force politique révolutionnaire qui a commencé à se mettre en place.

Mots-clés : | | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article