Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

USA : haro sur les chômeurs

5 septembre 2021 Article Monde

Aux États-Unis, les autorités ont choisi de placer la rentrée sous le signe de la reprise économique. Leur optimisme permet de justifier l’arrêt des insuffisantes mesures temporaires mises en place au début de la pandémie.

À commencer par le moratoire sur les expulsions locatives, qui protégeait d’expulsion pour défaut de paiement du loyer les personnes ayant perdu leur emploi pour cause de Covid, protection qui a pris fin le 26 août. Le gouvernement et le Congrès se sont renvoyés la balle, chacun laissant à l’autre la responsabilité de ne pas avoir décidé de prolonger la mesure au-delà de cette date.

Même chose concernant le chômage : les allocations exceptionnelles de 300 dollars par semaine, versées depuis le début de la pandémie, s’arrêtent le 6 septembre qui, aux États-Unis, est le « jour du Travail ». Au total, 7,5 millions de personnes vont perdre la totalité de leurs allocations et 3 millions vont les voir se réduire sérieusement. [1]

Les Démocrates de Biden dans les pas des Républicains de Trump

Dans cette offensive contre les travailleurs, les patrons, les médias et les politiciens s’appuient sur une lecture toute particulière des chiffres de l’emploi. À en lire certains, ceux du mois d’août ne sont pas bons : 235 000 créations de postes, le plus mauvais chiffre depuis avril.

Maniant la vieille rengaine de l’assistanat, à « trop donner aux chômeurs on leur enlève le goût du travail », dans les 26 États où ils sont aux manettes, les Républicains avaient alors déjà coupé les allocations exceptionnelles au mois de juin ou de juillet. Il n’y a pas eu plus de créations de postes dans ces États qu’ailleurs. Et si le nombre de chômeurs y a un peu baissé, c’est uniquement au détriment de ceux qui sont décomptés en « Not in labor force » (inactifs) parce qu’ils ont cessé d’être demandeurs d’emploi, pour s’occuper des enfants pendant que les écoles étaient fermées.

La mesure républicaine n’a donc pas eu d’effet sur l’emploi. Mais comment cela se pourrait-il ? Ce n’est pas parce qu’on perd un petit filet de sécurité qu’on va trouver un travail. En revanche, la mesure a pesé sur le niveau de vie. En moyenne, les ex-allocataires des États républicains ont dépensé 145 dollars de moins par semaine en août. C’est un avant-goût de ce que l’administration démocrate vient d’instaurer pour le reste du pays.

Pointer les chômeurs du doigt

La logique de ce genre de mesures est, ici comme ailleurs, d’appauvrir les chômeurs pour faire pression sur les salaires de l’ensemble des travailleurs. En juin et en juillet, deux millions d’emplois auraient été créés, mais les patrons seraient inquiets, selon la presse : « Il y a pénurie de main-d’œuvre ! », « On ne peut pas embaucher ! » Et d’attirer l’attention du lecteur sur le cas si grave d’Amazon, « contraint » d’embaucher à 17 dollars (14,31 euros) de l’heure, pour faire venir du monde. 17 dollars en salaire brut ce n’est pas la fortune ! Et voilà qu’on affirme qu’il y aurait en juillet dernier plus d’une offre d’emploi non-pourvue pour chaque chômeur recensé ! Le compte est fallacieux puisqu’on recense toutes les offres qui ne sont pas pourvues à la fin du mois, incluant donc les annonces publiées… la veille !

Force est de constater que contrairement au marché des puces électroniques, sur le marché du travail, la soi-disant « pénurie de main-d’œuvre » ne fait pas gonfler les prix. Si on les compare à l’inflation, les salaires aux USA ont baissé depuis le début de la pandémie. Plutôt que de pénurie de main-d’œuvre, il faudrait parler de pénurie de salaire.

Et de pénurie d’emplois ! Il en manque encore 5,3 millions depuis la période pré-Covid. C’est sans parler de ceux qui, dès avant le virus, n’avaient pas de travail. Mais de ces pénuries-là, l’administration Biden n’a que faire. Reste une solution simple : répartition du travail entre tous et augmentation générale des salaires !

Bastien Thomas


[1Plus d’information (en anglais) sur le site de nos camarades américains de Speak Out Now ! https://speakoutsocialists.org/fede... https://speakoutsocialists.org/u-s-...

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article