Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 92, mars 2014 > Ukraine

Svoboda

8 mars 2014 Convergences Monde

Cette Union pan-ukrainienne Svoboda (Liberté) avait fait une percée, pour atteindre 10,44 % des suffrages exprimés aux élections législatives de 2012 [1]. Ce parti d’extrême droite fondé en 1991 avait franchi un bond à la suite de la crise économique de 2008. Ses meilleurs scores ont été réalisés à l’ouest du pays, pas loin de 40 % dans les régions proches de la ville de Lviv (voir la carte jointe), régions plutôt agricoles dont l’histoire a été particulièrement mouvementée, passant successivement de la domination austro-hongroise avant 1918 à la domination polonaise entre les deux guerres, puis à la domination nazie entre 1939 et 1944, pour passer sous la coupe de l’URSS stalinienne avant l’indépendance de 1991.

Le programme ? Nationaliste, anti-communiste, antisémite, anti-homos, Svoboda est bien d’extrême droite ! Y compris par sa capacité à faire de la démagogie sociale : dans la campagne électorale de 2012, Svoboda avait adopté un ton radical à l’encontre des élites, notamment des oligarques dénoncés comme traîtres à la solde de la Russie, et avait promis la nationalisation de secteurs entiers de l’économie menacés de suppressions d’emplois.

Aujourd’hui, sur la place Maïdan, des militants de Svoboda, concurrencés sur leur droite par d’autres nostalgiques du nazisme, sont allés à l’affrontement et s’y étaient préparés. Ce qui ne les a pas empêchés d’être membres de la délégation d’opposants signataires de l’« accord en six points » décrié par les manifestants.

Svoboda avait jusqu’à présent près de 40 députés. Ils en espèrent probablement davantage, voire l’éventuelle participation à un futur gouvernement Klitschko ou autre. Ce qui n’aurait rien d’étonnant, l’extrême droite faisant déjà partie, avec les deux autres partis de la droite plus classique, d’une coalition de députés de l’opposition au parlement.


[1Voir notre article sur l’Ukraine et les scores des différentes formations, dans Convergences révolutionnaires no 84, novembre-décembre 2012.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article