Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site > USA : droit des femmes… 50 ans en arrière !

L’influence de la droite chrétienne, frange la plus obscurantiste de la bourgeoisie américaine

Mis en ligne le 28 juin 2022 Article Monde

La « droite chrétienne », qui regroupe des intégristes catholiques et protestants, est une mouvance politique liée au Parti républicain depuis les années 1980, lors de la campagne de Reagan qui ciblait un électorat religieux encore peu politisé. Les Républicains, sous la houlette de ce président, aussi ultra-libéral sur les questions économiques que conservateur sur les questions dites « de société », se sont vite appropriés les questions chères à cet électorat. On compte bien sûr l’hostilité à l’IVG, point de départ des organisations catholiques puis des protestants dès 1973 à la pointe du mouvement pro-life. Mais l’opposition aux droits des homosexuels est un autre cheval de bataille de cette frange de la bourgeoisie, qui augure de futurs reculs sans un bouleversement de la situation politique dans la société américaine.

La progression de la droite chrétienne chez les Républicains est aussi une démonstration que le « libéralisme » et le « traditionalisme » correspondent à deux variantes compatibles d’une même façon de voir la société. Ces deux courants politiques partent d’un même raisonnement favorisant la liberté individuelle, reçue directement, pour les conservateurs chrétiens, de la Providence. C’est cet argument du respect de la « liberté » qui est parfois utilisé pour attaquer la réglementation de l’avortement au niveau fédéral… comme si tous ces religieux ne court-circuitaient pas par leur combat la liberté des femmes à disposer librement de leur corps ! De cet argument sur la liberté, les « néolibéraux » comme les religieux de la droite chrétienne déduisent une opposition en parole à l’intervention trop grande de l’État fédéral, taxé de planificateur central qui œuvrerait au nivellement matériel et social de la population [1]. Mais ce même État est le bienvenu pour intervenir dans les affaires de la grande bourgeoisie lorsqu’il s’agit de lui octroyer des milliards de dollars, comme le démocrate Obama l’a fait en 2008 et comme le républicain Trump l’a réitéré pendant la pandémie de Covid, succédé en cela par le démocrate Biden !

La droite chrétienne a beaucoup progressé dans le paysage politique avec en 2016 l’arrivée à la Maison-Blanche de Trump, grand défenseur des « libertés religieuses ». Celui-ci a nommé à la Cour suprême Kenneth Barrett, qui a brillé durant sa carrière à Chicago, par ses prises de positions nauséabondes, favorables aux armes à feu, mais hostiles aux migrants et à la déjà très insuffisante Obamacare [2]. La droite chrétienne appuyait ainsi les manœuvres des Républicains pour démanteler cette maigre avancée sociale. On observera donc que dans la dernière décennie, les confrontations entre les deux grands camps de la bourgeoisie américaine, les Démocrates et les Républicains, additionnées à l’invisibilité politique de la classe ouvrière, ont eu comme résultat l’influence croissante de l’obscurantisme religieux. Car à devoir toujours choisir entre deux manières bourgeoises de gérer la société, les travailleurs n’ont rien à gagner, et toujours quelque chose à perdre.

M. E.


[1À ce sujet, lire l’article de Jérôme Noirot, « Le conservatisme américain : entre maturité philosophique et précarité politique », E-rea, 2013 : http://journals.openedition.org/ere... ; DOI : https://doi.org/10.4000/erea.3548

[2Lire L’Obs, « La juge Barrett, un pilier de la droite religieuse américaine », publié le 21 septembre 2020 (https://www.nouvelobs.com/monde/202...)

Mots-clés : | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article