Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 140, septembre 2021

Éditorial

Pour un programme d’urgence vaccinal… internationaliste

8 septembre 2021 Convergences Monde

Mis au point en quelques mois, les vaccins contre le Covid-19 sont reconnus comme des outils indispensables pour lutter contre la pandémie. Désormais relativement accessibles dans les pays les plus riches, leur attribution demeure totalement insuffisante voire dérisoire à l’échelle mondiale. Sans compter les disparités d’accès selon les milieux sociaux, y compris au sein même des pays riches. Cela dit, globalement, le 22 août dernier dans les pays riches environ 58 % de la population avait reçu au moins une première dose de vaccin contre seulement… 1,4 % dans les pays pauvres. La succession des variants n’a que faire des frontières. Face à cette pandémie, le sort de n’importe quelle population est intimement lié à celui de l’humanité entière. Or au rythme actuel de vaccination à l’échelle mondiale, la pandémie a encore de beaux jours devant elle.

Mais la pénurie qui touche les pays pauvres n’est pas une fatalité. Alors qu’il serait possible de vacciner rapidement l’ensemble de la population mondiale, les États impérialistes se réservent les doses pour vacciner en priorité leur population, tandis que les laboratoires pharmaceutiques qui maîtrisent ces technologies limitent la production, pour garantir leurs marges… avec l’accord des États impérialistes qui refusent plus que tout d’empiéter sur le sacro-saint droit de propriété capitaliste.

Cette politique de pénurie volontaire est non seulement criminelle vis-à-vis des milliards de pauvres privés de vaccins, mais aussi globalement contre-productive. Retarder la vaccination du plus grand nombre, c’est laisser le virus circuler et prendre le risque qu’émergent de nouveaux variants… qui touchent le monde entier. La quatrième vague avec le variant Delta en témoigne.

Face à cette pandémie qui traîne en longueur, il y a donc urgence à une campagne vaccinale à l’échelle internationale. Face aux nationalismes et souverainismes de fait des États impérialistes en matière de politique vaccinale, l’internationalisme s’impose très concrètement. Il faut lever les brevets sur les vaccins, forcer les laboratoires pharmaceutiques à partager les techniques de production et réquisitionner l’ensemble des moyens de production nécessaires pour que toute la population mondiale ait accès aux vaccins.

5 Septembre 2021


Lire aussi : Une pénurie de vaccins à l’échelle mondiale… générée par la propriété capitaliste

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article