Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Allemagne : c’est reparti pour une quatrième vague

17 novembre 2021 Article Monde

(Photo : Wikipedia commons)

La quatrième vague de l’épidémie frappe l’Allemagne de plein fouet, avec des chiffres records depuis plusieurs jours. Les soins intensifs commencent à être débordés par des patients atteints du Covid. Comme un triste air de déjà-vu, deux ans et trois vagues après le début de la pandémie, dont les dirigeants ne semblent avoir tiré aucune leçon.

On prend les mêmes et on recommence

Alors que l’épidémie progressait, il n’y a pas eu de réaction de la part du gouvernement (il faut dire qu’il n’y en a pas…) : les interminables négociations post-électorales pour former la coalition qui dirigera le gouvernement fédéral priment sur la crise sanitaire.

Le ministre de la Santé du dernier gouvernement, Jens Spahn, s’est distingué par une cohérence digne de Sibeth Ndiaye ou d’Agnès Buzyn en mars 2020. Il y a quelques semaines, il annonçait la fin prochaine de l’urgence sanitaire. Maintenant, il jongle avec les règles pour accéder aux lieux publics : 3G (testé, guéri ou vacciné), 2G (guéri ou vacciné) ou 2G+ (guéri ou vacciné… et testé), et a été contraint de rétablir la gratuité des tests antigéniques (une fois par semaine !) le 14 novembre.

Si les autorités parlent beaucoup de la troisième dose vaccinale, c’est un peu en décalage avec la réalité, car l’explosion des cas vient aussi d’un taux de vaccination assez bas, 67 % de la population (contre 75 % en France), voire bien moins comme en Saxe où elle plafonne à 57 %. C‘est d’ailleurs en grande partie des non-vaccinés qui sont hospitalisés.

En Autriche, où la flambée épidémique est encore plus violente, un confinement des non-vaccinés débute ce lundi 15 novembre. Comme il y a deux ans, ce sont toujours des mesures improvisées en urgence, mais aucun investissement dans le système de santé n’est prévu.

La colère des soignants

Au contraire. De plus en plus de soignants et de soignantes démissionnent, exténués par les conditions de travail. À Berlin, où ils sont dépistés à chaque prise de service, le moindre test positif d’un soignant pose problème, à cause du manque structurel de personnel.

Pourtant, contrairement aux politiciens, les soignants ont appris de cette crise. Au début de la pandémie, le syndicat ver.di avait cédé face à la pression gouvernementale et médiatique, en avortant une grève pour des embauches et des augmentations de salaire. Cette année en revanche, les travailleurs des hôpitaux berlinois, la Charité et Vivantes, ont fait plus d’un mois de grève en septembre et octobre, ensemble et même avec les filiales sous-traitées (nettoyage, laboratoire,…).

Ce mouvement a permis de gagner certaines améliorations, mais elles ne se font pas encore sentir au quotidien.

Une fois de plus, c’est aux soignants de porter le poids de la crise sanitaire. Mais l’atmosphère a changé dans les services : personne ne veut revivre la situation de l’hiver dernier. Dans plusieurs Länder de l’ouest, la Sarre, la Rhénanie-Westphalie et le Schleswig-Holstein, des élections régionales sont prévues l’an prochain, et ver.di veut profiter de la pression électorale pour pousser les négociations. Des nouvelles grèves se préparent dès maintenant. Les premières manifestations ont commencé ces dernières semaines, rassemblant notamment des jeunes soignants en formation.

À Berlin, c’est un gouvernement social-démocrate/écologiste/gauche radicale (SPD/Verts/Linke) qui a été contraint de céder partiellement face à la mobilisation des hospitaliers. Alors que deux de ces trois partis négocient avec les libéraux pour constituer le prochain gouvernement, la mobilisation des soignants pourrait bien les forcer à répondre aux revendications. Cette fois à une échelle nationale.

Maria Brücke et Dima Rüger

(Article paru dans l’Anticapitaliste no 591)

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article