Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Bulletins d’entreprise > Hôpitaux > 2020 > juin > 9

On vous a grillés

Au cours de l’épidémie de Covid-19, les ESI sont venus en renfort dans nos services, pour faire fonction d’aides- soignants. Alors que l’ARS affirmait dans un communiqué du 26 mars que les ESI en renfort toucheraient 1400 euros, la réalité des prix vient de tomber : les IFSI du Grand Est distribuent un barème pour justifier des payes, relatif au nombre d’heures effectuées, 1300 euros maximum pour les troisième année, 1200 pour les deuxième année, et pour ceux qui auraient fait moins de 35 heures... zéro euro ! Bien moins que ce qui a été partout annoncé dans les médias, mais l’ARS se justifie en affirmant qu’habituellement « les élèves infirmiers bénéficient d une indemnité comprise entre 112 et 200 euros et les élèves aides-soignants, d aucune indemnité »...

En plus de fournir le même travail que les autres, de prendre autant de risques que les autres, au mieux tu gagneras un smic. T’as fait des heures sup ? Tant pis. T’as travaillé de nuit ? Tant pis. Un jour ferié ? Tant pis. Et si les étudiants n’ont pas encore leur diplôme, leur travail, lui, n’était pas en chocolat.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article