Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 136, février 2021 > Amazon

Grève chez Amazon Italia : précaires de tous les pays

18 février 2021 Convergences Monde

Le 15 février a eu lieu la première grève des livreurs de la plate-forme Amazon de Vigonza, près de Padoue, en Italie.

Un peu plus de 100 livreurs sur 400 ont cessé le travail pour protester contre les bas salaires, les conditions de travail intolérables et demander le paiement de leur pause déjeuner de 30 minutes.

Bien qu’ils travaillent pour Amazon, ils sont en réalité embauchés par cinq entreprises sous-traitantes différentes. Les affaires d’Amazon Italia se portent bien : avec le boom du e-commerce, les commandes ont augmenté de 23 % l’an dernier.

Les tournées exténuantes des travailleurs sont calculées par un algorithme qui détermine la quantité de colis à livrer chaque jour. Amazon prétend « travailler avec les sous-traitants pour définir des objectifs réalistes qui ne mettent pas leurs salariés sous pression. En utilisant une technologie qui prend en considération de multiples aspects pour déterminer la quantité de colis qu’un chauffeur peut livrer, en sécurité, pendant sa tournée ». Mais, la réalité est bien différente. L’algorithme calcule qu’il est possible de toujours en faire plus ! Au fil des années, le volume des colis à livrer a pratiquement doublé et est passé à 130-140, pour neuf heures de travail (pouvant même atteindre 170 pendant les périodes de haute activité). Et les livreurs doivent aller de plus en plus vite, au risque d’avoir un accident ou une amende, qu’ils doivent bien sûr payer.

Comme le disait un livreur : « Le problème n’est pas de boycotter ou non les plates-formes online, mais de pouvoir travailler dans d’autres conditions, parce qu’avec des rythmes pareils, c’est insupportable de tenir à la longue. »

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article