Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 33, mai-juin 2004 > DOSSIER : Elargissement à 25, nouvelle constitution : l’Union européenne, (...)

DOSSIER : Elargissement à 25, nouvelle constitution : l’Union européenne, une menace pour les travailleurs ?

Elargissement à 25, nouvelle constitution : l’Union européenne, une menace pour les travailleurs ?

Mis en ligne le 14 mai 2004 Convergences Monde

Elargissement à 10 nouveaux pays en mai, élection du parlement en juin suivi de la possible adoption d’une constitution le même mois : l’Europe est à l’ordre du jour en ce printemps 2004.

Une chance ou une menace ? La question ne préoccupe les travailleurs que parce que des démagogues divers essaient de les persuader dans un sens ou dans l’autre.

Soit en jouant sur les préjugés irrationnels : ainsi de la discussion sur l’éventuelle entrée de la Turquie dans l’Union européenne qu’il faudrait refuser parce que ce pays ne serait pas européen, alors que la Réunion, les Antilles et la Guyane françaises ne posent aucun problème ! De quoi s’agit-il d’autre que de cultiver les préjugés anti-musulmans ?

Soit en essayant de miser sur les bons sentiments : l’unité d’un continent qui fut déchiré par tant de guerres n’est-elle pas une bonne chose en soi ? Oui, mais est-on sûr que l’UE va définitivement empêcher les conflits entre grandes puissances européennes, en particulier hors d’Europe ou par d’autres peuples interposés ? Elle vient de se révéler incapable d’imposer un terme à la partition de Chypre, au jour même où l’île intègre l’UE justement.

Certes personne ne se plaint de pouvoir passer les frontières sans contrôle (la plupart du temps) ou de n’avoir pas à changer immédiatement sa monnaie dès qu’on l’a fait. Mais pour l’essentiel les bienfaits ou les méfaits de l’Union ne sont guère perçus par les classes populaires. Et pour cause, cette Union n’est pas faite pour eux mais pour les affaires des capitalistes. Le sort des travailleurs, la défense et l’amélioration de leur condition, se joue dans un autre cadre : celui de leurs luttes et de leur organisation. Et ce cadre-là ne dépend pas, ou si peu, de l’évolution de l’UE.

7 Mai 2004

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article