Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2017 > janvier > 30

AZF : ils n’ont vraiment pas honte

30 janvier 2017 Brève Société

C’est une longue épopée que vivent les victimes et leurs familles depuis la catastrophe industrielle d’AZF qui avait fait 31 morts et 8 000 blessés le 21 septembre 2001. Un troisième procès vient en effet de s’ouvrir.

Alors que le premier avait abouti à un non-lieu pour la société Grande-Paroisse, filiale de Total, qui possédait l’usine et pour son directeur, un deuxième jugement avait donné lieu à une peine de prison pour ce dernier et à une amende pour la société… Puis il a été annulé au prétexte fallacieux de doutes sur l’impartialité d’un magistrat.

Les patrons sont vraiment prêts à tout pour ne pas avouer leurs crimes. La direction de l’entreprise vient d’inventer, pour sa défense, l’éventualité d’un acte terroriste ! Jamais cette hypothèse n’avait été évoquée auparavant. C’est la logique de profits qui a entraîné cette catastrophe. Les coupables n’en sont pas à une méthode de voyous près.

Mots-clés : | |

Réactions à cet article

  • Accuser des ouvriers de l’usine d’être à l’origine de l’explosion à cause d’un transfert de produits chlorés que ces ouvriers n’ont jamais reconnu avoir effectué ce matin du 21 septembre 2001 est une HONTE de votre part. Tout comme vous, le groupe Total laisse se distiller cette thèse chimique idiote basée sur aucun élément concret et vous croyez qu’avec un tel scénario non démontré, le Groupe Total va craindre quelque chose ? Beaucoup sont justement manipulés par le Groupe Total et les pouvoirs politiques qui n’ont jamais cherché sérieusement la vraie origine de l’explosion. La recherche de la vérité mérite une autre attitude que celle de soutenir les inventions des experts judiciaires, la majorité d’entre eux travaillant pour l’armement (DGA, Lacroix, CEA Militaire....) ! Des révolutionnaires qui accusent sans preuve des ouvriers sur la base d’inventions suggérées par du personnel de l’armement et tout cela pour le plus grand plaisir judiciaire de grandes multinationales et celui des dirigeants politiques de tout bord ! Quelle misère !

    Réagir à ce message

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article