Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Autres archives > Divers

A propos d’une motion « votée à 97,6 % par le congrès de Lutte Ouvrière » (Lutte de classe, numéro 69, décembre 2002)

24 novembre 2003

Dans le numéro 69 qui portait les textes proposés respectivement par la majorité et la minorité lors du récent congrès de Lutte Ouvrière les lecteurs de la revue Lutte de classe ont pu prendre connaissance d’une motion condamnant en termes outrageants la Fraction. Que ce texte provoque étonnement, indignation, incompréhension ou amusement, selon les sentiments de chacun, chez tous en tout cas il a suscité des questions que beaucoup nous posent. Nous ne pouvions évidemment laisser ces questions sans réponse ni ces accusations sans réfutation. C’est pourquoi nous avons demandé à la direction de Lutte ouvrière de publier dans la même revue Lutte de classe la mise au point qu’on lira ci-dessous. Cette demande nous a été refusée. Ainsi, aussi étrange que cela puisse paraître, la direction d’une organisation qui se veut communiste révolutionnaire juge normal d’accuser publiquement et d’une façon insultante sa minorité mais anormal de donner à cette minorité la possibilité de faire justice de ces accusations dans les mêmes organes où elles ont été proférées. Cela suffit, nous semble-t-il, pour que chacun, quel que soit son sentiment sur les positions défendues par les uns et les autres, puisse se faire une idée de la véracité et de l’honnêteté des affirmations de ladite motion.


A la direction de Lutte Ouvrière

Camarades,

La simple lecture (même superficielle) de la phrase incriminée de notre texte d’orientation montre que la motion votée par la majorité nous fait dire ce que nous ne disons en aucune manière, à savoir que nous rapporterions des propos entendus dans des réunions de la direction. Il est parfaitement clair pour un lecteur de bonne foi que là comme dans tout le reste de notre texte d’orientation nous ne faisions que donner notre opinion et elle seule (que nous maintenons bien entendu). Ladite motion n’était donc qu’un prétexte pour clouer au pilori la Fraction au moment où LO se prépare à changer d’attitude envers la LCR. De ce changement nous nous réjouissons évidemment… puisque nous le préconisons depuis des années. Et le procédé qui consiste à condamner ceux dont on reprend, sans le dire, quelques unes des propositions, ne peut sans doute abuser que ceux qui veulent bien l’être et faire sourire les autres, y compris ceux à qui il est destiné à donner le change, y compris les militants LCR. Cette motion ne mériterait donc effectivement rien d’autre que d’en sourire si ses initiateurs n’avaient jugé bon d’y ajouter quelques accusations injurieuses et calomnieuses. Les délégués de la majorité ont voté en une touchante unanimité – y compris ceux qui ne sont membres ni du CE ni du CC et à qui on a donc demandé de témoigner par leur vote sur le détail de réunions « des instances dirigeantes de Lutte Ouvrière » auxquelles ils n’ont pas assisté – sans la moindre question ni demande d’explication, une motion présentée à la dernière heure du congrès. Si le but était de faire la preuve qu’existait bien chez nous une confiance aveugle il est atteint, même s’il reste sans doute à cultiver aussi curiosité, esprit critique ou mémoire (car tous assistèrent au moins aux échanges qui eurent lieu lors des congrès des années précédentes), toutes qualités qui ne devraient pas déparer une organisation se réclamant du trotskisme. Il est pourtant une manière de remédier à la méconnaissance ou à l’oubli. Toutes les interventions lors des congrès annuels comme des réunions du CC sont systématiquement enregistrées. Il suffit donc de publier l’intégralité de ce qui s’y est dit à propos de la LCR durant les trois années qui nous séparent des dernières élections européennes tant par les tenants de la majorité que ceux de la Fraction et de le mettre à la disposition des camarades qui voudraient sérieusement s’informer. Chacun pourra juger alors de quel côté sont le « mensonge » ou « l’hypocrisie », ou encore qui a « jamais traité de haut la LCR ». Et puisque vous avez jugé nécessaire de porter à la connaissance des lecteurs de Lutte de classe votre motion et vos accusations à notre égard, nous vous demandons de publier de même cette lettre et la demande qu’elle contient ainsi bien entendu que la réponse, que nous n’imaginons pas autrement que positive, que vous y ferez.

Salutations communistes révolutionnaires,

le 3 janvier 2003, la Fraction


La motion votée par le congrès

« Le texte de la fraction sur ce qu’elle appelle » Quelques orientations et objectifs pour 2003 ", bien qu’il contienne nombre de paragraphes que nous pourrions éventuellement signer, voire voter, est cependant critiquable sur le fond par bien des aspects.

Cependant, le présent texte n’a pas cet objectif.

Nous voulons protester contre la façon dont la fraction agit en nous prêtant des idées que nous n’avons pas, ses dirigeants le savent, et qu’évidemment nous n’avons jamais exprimées.

C’est en particulier le cas du paragraphe : « C’est d’ailleurs l’illusion que nous allions démontrer de façon éclatante notre supériorité sur la LCR qui a amené la direction de LO à repousser avec mépris ses propositions ».

C’est un mensonge car la fraction serait bien en peine de trouver le moindre texte qui exprime cela. Ils n’ont en effet pas présenté cette phrase comme une déduction de leur part, mais comme une affirmation reposant sur ce qu’ils présentent comme un fait dont ils auraient eu connaissance.

Alors, c’est un mensonge et une hypocrisie. Les rédacteurs de ce texte veulent faire croire à leurs lecteurs qu’ils ont entendu dire cela dans les instances dirigeantes de Lutte Ouvrière dont ils font partie. Cela n’est destiné qu’à tromper leurs propres camarades.

Si ces camarades ont pu entendre cela, ce ne peut être que dans leurs propres réunions où certains d’entre eux, par malveillance, auraient pu nous attribuer des pensées qui ne peuvent germer que dans leur propre esprit plus calculateur que politique.

De plus, nous n’avons jamais traité de haut la LCR."


Texte d’orientation de la minorité présenté au congrès de L.O.

Texte d’orientation de la majorité présenté au congrès de L.O.

Réactions à cet article

  • Je prends connaissance des relations parfois tendues entre camarades d’une meme organisation, à propos des relations à établir, maintenir ou développer avec une autre organisation. Mais pourquoi, les relations des militants de LO devraient-elles se borner à cet horizon limité que représente le PCF et la LCR ? Que je sache, la presse trotskyste s’adresse aux travailleurs et c’est à eux qu’il faudrait demander leur avis : sur le PCF, sur la LCR ou sur LO et ses tendances ! Encore faudrait-il faire autre chose que de la simple polémique pour imposer silence à ceux qui n’ont pas le meme avis que les chefs et leurs boys !

    Réagir à ce message

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article