Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 82, juillet-août 2012 > LECTURES D’ETE : Des romans sur la Russie, l’Ukraine, le Caucase et les pays (...)

Un drôle d’œil sur l’Ukraine, mais quel œil ! Andreï Kourkov

3 juillet 2012 Convergences Culture

Ce merveilleux auteur, né à en Russie en 1961 mais ayant passé une bonne partie de sa vie à Kiev, en Ukraine, obtient depuis quelques années un succès mondial grandement mérité. L’auteur du Pingouin, son roman le plus connu, invente un nouveau genre, difficilement imitable : la fable sociale et politique pseudo-policière, d’une grâce comique toute particulière. Contrairement à nombre de polars ou thrillers sur la Russie, d’auteurs russes ou occidentaux, les mafieux, oligarques et autres hiérarques ne sont pas au centre de l’intrigue. Ils sont pourtant bien là, mais comme autant d’ombres chinoises, si l’on peut dire, venant plus ou moins perturber l’existence des véritables héros, autrement consistants : les Candide pas toujours si candides du quotidien. Les garde du corps philosophes de grands personnages sans intérêt, les donneuses de lait maternel à des instituts spécialisés… piratés par des politiciens corrompus, des écrivaillons sans ressource ni emploi, des enseignants reconvertis, faute de mieux, en vigile (peu regardants au travail, mais à l’œil social ô combien sagace). Des maîtres-chiens expérimentateurs, de vieux érudits clochardisés, et bien d’autres. Sans oublier tel ou tel animal fétiche dont les silences sont particulièrement éloquents. Le tout formant une manière de fresque sociale extraordinairement vivante, toute de tendresse pince-sans-rire, la férocité du trait étant réservée aux silhouettes de carton pâte des bandits et des puissants. À chaque fois, une sorte de doux suspense au fil d’aventures improbables, qui se terminent plutôt bien pour les personnages préférés.

Huguette CHEVIREAU

Juste quelques mises en bouche (la plupart de ses romans sont parus en poche) :



Le pingouin


Le zoo de Kiev va fermer (nous sommes en 1995). Un journaliste au chômage adopte un pingouin, parmi les animaux offerts aux bonnes volontés. Un drôle de patron de presse lui offre la rubrique nécrologie de son journal, à condition de rédiger les nécros… de personnages vivants, qui curieusement ne le restent pas longtemps.



Les pingouins n’ont jamais froid


Suite des aventures de notre nécrologue parti à la recherche de son palmipède disparu. Il lui faudra déjouer les pièges plutôt minables de mafieux russes et autres politiciens véreux.



Le Caméléon


Un ex-enseignant devenu vigile découvre à ses heures perdues un curieux manuscrit, au centre de multiples convoitises. Sous le regard bienveillant et protecteur d’un caméléon domestique.



Laitier de nuit


Le chat du maître-chien de l’aéroport de Kiev, est transfiguré par de prétendues ampoules de drogue qui, du coup, circulent dans toute la ville. Sans oublier la plus belle histoire d’amour pour la jeune femme qui donne innocemment son lait à un lactarium bien suspect.



Le dernier amour du président


Cette fois, nous sommes dans l’Ukraine de 2015, lors de l’élection d’un président de la république… qui ne veut pas spécialement l’être. Une prison dorée dans une Ukraine du futur qui ressemble terriblement à l’Ukraine actuelle.

…Et bien d’autres titres, tout aussi recommandables.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article