Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 85, janvier-février 2013

Sur l’île de la Réunion : « Notre-Dame-du-Littoral »

Mis en ligne le 28 janvier 2013 Convergences Société

C’est le surnom donné par Fabrice Nicolino [1], écologiste engagé, au projet d’une nouvelle route du littoral à l’île de la Réunion. Moins médiatisé que Notre-Dame-des-Landes, ce chantier qui doit démarrer en 2013 est qualifié de « pharaonique » par ses opposants. Il s’agit d’un viaduc de 30 mètres de haut passant au-dessus de la mer sur 12 kilomètres, et contournant une falaise de basalte pour relier Saint-Denis et La Possession.

Le coût de ce chantier, sans cesse revu à la hausse, pourrait s’élever à près de 3 milliards d’euros. Soit 250 millions d’euros le kilomètre ! Cela dans un département « français » des plus pauvres et endettés, comptant 30 % de chômeurs (60 % pour les moins de 25 ans). Mais les besoins des Réunionnais ne pèsent pas lourd face à ceux des lobbies du béton et de l’automobile au profit desquels les transports en commun ont été sacrifiés sur l’île. Au début des années 1990, bus et taxis collectifs représentaient 30 % des déplacements, ils n’en permettent plus aujourd’hui que 6 %. Un habitant de la Réunion sur trois n’a pourtant pas de voiture ! Ce n’est pas un hasard si ce choix d’autoroute littorale a permis d’enterrer le projet d’un tram-train passant par l’intérieur de l’île qui aurait lui aussi relié Saint-Denis et La Possession.

Cette route littorale, si elle voit le jour, sera le 3e ouvrage réalisé sur cet axe : une première voie inaugurée en 1963 se révéla si exposée aux chutes de pierre, qu’une seconde fut construite plus loin de la falaise en 1976… sans les éviter malgré des travaux de sécurisation coûteux. Et que dire de la dangerosité de ces coûteux caprices de bétonneurs dans une région soumise aux risques sismiques, volcaniques et cycloniques ? Ou de leur caractère destructeur pour un banc corallien ?

Mais Ayrault vient de confirmer le soutien de l’État à ce chantier. Il est de bon ton dans la gauche de défendre la « biodiversité »… mais les profits du BTP et de la filière automobile d’abord !

5 janvier 2013, Lydie GRIMAL


[1Pour en savoir plus :

* voir le blog de Fabrice Nicolino, intitulé « Planète sans visa », article « Le délire de Notre-Dame-du-Littoral ».

* le Collectif du Non à la Nouvelle Route du Littoral à la Réunion.

* un article du site Carfree intitulé « Notre-Dame-du-Littoral ».

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Abonnez-vous à Convergences révolutionnaires !

Numéro 85, janvier-février 2013