Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

SNCF (région parisienne) : La lutte de classe est toujours sur rails

17 février 2021 Article Entreprises

Gare Saint-Lazare à Paris. Entre cheminots on s’imagine à la sono, alertant les usagers : « Vous avez pris place à bord du cluster de 16h12 pour Rouen »… C’est de cela qu’il s’agit. La région Normandie et la direction SNCF font rouler des trains au compte-goutte pour raisons d’économie, avec des « trous » de quatre heures en journée pour Rouen et Évreux. Les voyageurs sont donc allègrement transportés les uns sur les autres. Le virus capitaliste sévit contre les usagers et les cheminots aussi, dont les conditions de travail et les salaires font les frais. Non sans réactions, actuellement au stade de flammèches.

Attaques de la hiérarchie…

Les « réorganisations » et « suppressions de postes » continuent, même si la novlangue managériale évite de parler de licenciements. Mais priorité à la « productivité ». Le « management agressif » est partout : pressions pour le retour au travail de « cas contact » ; flicage accompagné de convocations et sanctions disciplinaires ; lutte anti-fraude (dite LAF dans le jargon) qui envoie les contrôleurs au front contre les usagers en pleine pandémie. A la SNCF, seul le coronavirus voyage gratis !

Côté salaires, c’est la huitième année sans augmentation. Et le COVID a été – et reste - le prétexte à des baisses de rémunération, entre autres par le recours au chômage partiel qui s’accompagne de vol de repos et/ou de congés. La direction de la SNCF se flatte d’un accord récemment signé avec l’UNSA, la CFDT et SUD (la CGT s’est payé le luxe de refuser, sa signature n’étant plus indispensable), prolongeant de dix-huit mois le recours à ce chômage partiel. Les signataires parlent d’une sorte de régime de faveur, payé à 90 % du salaire… sauf que c’est surtout tout bénéfice pour la SNCF et que l’État et les patrons chercheront à reprendre cet argent - qui n’est pas magique - dans nos poches. Ceux qui ont raison, ce sont les militants qui s’efforcent sur le terrain de préparer les salariés aux combats nécessaires pour les salaires et l’emploi.

… réactions

Des conducteurs ont fait des journées de grève sur les secteurs de Paris Rive Gauche et Saint-Lazare (en décembre, puis janvier et février), contre une direction avide de gains sur leurs nouveaux roulements (ou organisation des journées de travail). Quelques satisfactions ont été données. Un réseau de conducteurs déterminés s’est ainsi forgé, par delà les étiquettes syndicales.

Des conducteurs de Saint-Lazare, aiguilleurs de Paris-Est, agents de maintenance des voies du RER à Paris Nord ont tenté des grèves de cinquante-neuf minutes à leurs prises de poste – certes minimales et qui permettent difficilement l’organisation collective des grévistes. Mais elles dénotent une ambiance qui est loin d’être à la résignation. Des commerciaux, principalement de la ligne C, se sont aussi rassemblés devant les bureaux de la direction. Des débrayages et assemblées générales ont lieu, également, dans des technicentres TGV, au Landy, à Châtillon, à Villeneuve-Saint-Georges. Toujours pour les salaires et les effectifs.

Des équipes - certes réduites - de cheminots se sont rendues sur les piquets de grève des raffineurs de Grandpuits. Animés eux aussi par le besoin d’une riposte collective.

Correspondant(e)s

(Article paru dans l’Anticapitaliste n°556)

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article