Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Californie

Récit et poème de travailleuses de la santé d’Oakland

22 avril 2020 Article Monde

Rédigé par nos camarades de Californie. Photo d’une des autrices.

Manifestation devant Kaiser : « Pas d’excuses »

Le 20 avril, plus d’une centaine d’infirmières ont manifesté devant l’hôpital Kaiser d’Oakland, ville ouvrière de la baie de San Francisco. Il y a quelques semaines, les infirmières contestaient les vengeances patronales contre celles qui amenaient de chez elles leurs propres équipements de protection individuelle (EPI). Désormais, entre les joyeux klaxons de soutien dans leur voiture et les chants dénonçant la cupidité de Kaiser, elles demandent, à nouveau, des protections appropriées pour les infirmières travaillant avec les patients atteints du coronavirus.

Depuis des semaines, les infirmières se sont battues contre leur direction pour avoir des masques FFP2 ou FFP3. Ils devraient être librement accessibles. Pour une entreprise battant des records par ses profits astronomiques, disposer d’un stock adapté de masques et de blouses ne devrait pas être une prouesse. Et, comme si le manque de protections ne suffisait pas, la direction a aussi cherché à augmenter le nombre de patients par soignant. Les infirmières doivent se battre contre cette attaque et contre le fait d’être forcées de s’occuper de patients qu’elles ne sont pas formées pour soigner.

Durant la pandémie, les travailleurs de la santé sont qualifiés de héros et félicités largement par la population. On amène des cadeaux aux hôpitaux, de l’argent est offert et l’art honore ceux qui sont en première ligne. Ce sont les patrons et les administrations de ces hôpitaux qui ont montré le pire manque de reconnaissance. Ces infirmières ont rappelé à l’administration de Kaiser qu’il n’y a aucune excuse pour leur comportement méprisable. [1]


Une ode au capitalisme

Tu fais de moi une travailleuse essentielle
Tu me possèdes jusqu’à ce que la mort nous sépare
Du travail
« Essentielle », tu m’appelles
Superflue – tu me fais sentir
POURTANT
Je sais au plus profond de moi
Tu n’es rien sans moi
Ni rien sans les ouvriers desquels ton argent dépend
Quoi qu’il arrive

Une salariée du groupe Kaiser [2]


Le 21 avril, le syndicat national des infirmières a organisé une manifestation à Washington pour réclamer du matériel de protection. La première manifestation devant la Maison-Blanche...

Mots-clés : | |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article