Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Éditos L’Étincelle > 2022 > avril > 4

Parce que « Nos vies valent plus que leurs profits », votez et faites voter pour Philippe Poutou !

Le président-banquier, ce fossoyeur de l’hôpital qui refuse de lever les brevets sur les vaccins, qui n’a toujours pas pris une seule sanction contre les patrons d’Ehpad, qui a permis l’enrichissement record des milliardaires pendant la pandémie et maintenant la guerre, termine sa campagne en volant le slogan du candidat-ouvrier, Philippe Poutou : « Nos vies valent plus que leurs profits ».

« Décidément, ces gens osent tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît » a ironisé Philippe Poutou.

Voter Philippe Poutou, c’est sanctionner Macron et son système au service des riches

Car le programme de Macron est explicite : retraite à 65 ans et apprentissage dès 12 ans, avec des semaines de 45 heures pour les jeunes et le travail gratuit imposé aux bénéficiaires du RSA. Sa stratégie, on la subit depuis cinq ans : milliards aux patrons, austérité pour les autres et matraque pour les manifestants.

L’heure est à s’organiser pour reprendre ce que les riches nous ont volé en nous faisant travailler toujours plus sous la menace du chômage ou en prenant directement dans notre portefeuille avec l’inflation.

Il n’y a pas que l’essence, tout augmente, sauf nos salaires ! En rassemblant ses forces, le monde du travail pourrait imposer 400 euros d’augmentation par mois, l’indexation des salaires sur l’inflation réelle, l’interdiction des licenciements et la réduction du temps de travail sans perte de rémunération jusqu’à l’extinction du chômage.

Voter Philippe Poutou, c’est rejeter le racisme, le nationalisme, le militarisme et la guerre

Répression du mouvement social et impunité policière, attitude criminelle face aux migrants : dans sa guerre sociale contre le monde du travail, Macron emprunte les idées de Le Pen. Car la démagogie raciste décomplexée de la candidate d’extrême droite (ou de son clone Zemmour) n’est qu’une arme au service de la baisse des salaires et de la destruction des conditions de travail. Diviser les travailleurs pour mieux régner, c’est le rêve des patrons !

Nous voyons où ces logiques peuvent mener : à la guerre. La barbarie d’un Poutine contre les Ukrainiens et sa dictature contre sa population, sont le résultat à la fois d’un capitalisme russe débridé et des idéologies nationalistes de l’extrême droite.

À l’opposé, notre camp, le camp des travailleurs, métissé comme jamais, est porteur d’un monde solidaire, d’ouverture des frontières, d’accueil des migrants, du refus de l’embrigadement derrière les nationalismes, contre la guerre.

Voter Philippe Poutou, c’est affirmer que les luttes du monde du travail peuvent changer le monde

Face au deuxième tour annoncé entre le banquier et la raciste, certains sont tentés par un « vote utile » que serait celui pour le candidat de gauche le mieux placé. Même si celui-ci (en l’occurrence Mélenchon) avait la moindre chance d’être au second tour, voire de l’emporter, on connait par avance la suite. Il fait quelques promesses en se gardant bien d’expliquer comment il compte les réaliser. Il désarme d’avance ses électeurs en prétendant que voter pour lui permettrait « d’économiser des kilomètres de manifestation ».

« Votez pour moi, je ferai », on l’a tant entendu, si souvent essayé. Quel que soit le futur locataire de l’Élysée, le véritable pouvoir restera entre les mains d’une poignée de riches, qui font ce qu’ils veulent parce qu’ils possèdent l’économie. Seul un rapport de force par en bas pourra leur arracher des concessions en prenant sur leurs fortunes et bénéfices. Seul un mouvement d’ensemble pourrait les exproprier, leur enlever le pouvoir, pour une économie dégagée des lois du profit, sous le contrôle de la population et des travailleurs, qui assure un niveau de vie satisfaisant tout en faisant attention à la nature.

Le seul geste utile dans cette élection présidentielle, c’est de dire ce que nous pensons. C’est montrer que nous sommes nombreux à préparer les prochaines luttes. C’est voter pour l’un des nôtres, un travailleur !

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article