Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Manifestation contre la fermeture de l’usine Bridgestone : l’intersyndicale demande le silence dans les rangs

5 octobre 2020 Article Entreprises

Environ mille personnes ont défilé contre la fermeture de l’usine Bridgestone dimanche 4 octobre à Béthune, rassemblées derrière une banderole « Non la fermeture de Bridgestone. Solidarité avec les salariés ! ». L’émotion et la solidarité sont vives effectivement dans la ville et la région, des habitants ont participé au défilé. Une partie des 900 ouvriers n’ont pas pu se rendre à leur manifestation car ils travaillent le week-end.

Mais la colère aurait gagné à s’exprimer. L’intersyndicale de l’usine a fait le choix inverse, en organisant ce rendez-vous avec les responsables politiques locaux, à commencer par Xavier Bertrand (LR), présent avec son écharpe tricolore et une flopée d’élus de tous bords, qui ont affiché leurs couleurs politiques bien bourgeoises et pris la pause pour les photos.

L’intersyndicale avait demandé aux ouvriers de l’usine ou à ceux venus en soutien de défiler silencieusement et sans étiquette. Les syndicats ne se sont même pas exprimés à la fin de la manifestation, préférant laisser le micro au maire de Béthune, un politicien de droite et ami de Xavier Bertrand, qui a appelé au calme dans un silence retentissant…

Ces politiciens en campagne n’ont rien à proposer aux ouvriers de Bridgestone. Ils n’ont aucun pouvoir sur la multinationale, et s’ils en avaient, ils ne l’utiliseraient pas pour défendre les salariés. Mis au pied du mur, les travailleurs de Bridgestone ne seraient pourtant pas seuls s’ils décidaient de ne plus subir. Une banderole, faite à la main et tenue par des salariés d’autres entreprises venus apporter leur soutien, le rappelait dans la manifestation : « Bridgestone, Cargill, Auchan… stoppons les licenciements ! »

Gageons que les ouvriers de Bridgestone auront à organiser de nouvelles échéances de rue dans les mois qui viennent, le combat ne faisant que commencer. Espérons qu’ils sauront alors y exprimer leur colère légitime et tisser les liens avec d’autres qui permettraient de riposter aux plans patronaux.

Correspondants

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article