Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Convergences Révolutionnaires > Numéro 91, janvier-février 2014

Livres

Mis en ligne le 14 janvier 2014 Convergences Culture

Un choix de premiers romans, très actuels, parus à l’automne dernier



  • L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea

de Romain Puertolas

Éditions Le Dilettante, 252 pages, 19 euros.


Sur un ton humoristique et léger, ce roman nous fait suivre les aventures d’un fakir venu en France pour s’acheter un matelas à clous chez Ikea... Il se retrouve enfermé dans une armoire du magasin et c’est le début de ses tribulations dans une Europe fermée, aux côtés d’autres étrangers, sans papiers eux.

Plus profond qu’il n’y paraît, ce roman au ton drolatique réussit à faire partager un peu des tracas infinis que connaissent les émigrants tentant de rejoindre le mirage d’un eldorado occidental qui ne leur offre que portes closes ou une vie d’insécurité.



  • N’entre pas dans mon âme avec tes chaussures

de Paola Pigani

Éditions Liana Levi, 240 pages, 17,50 euros.


Ce beau récit, très poétique, retrace la vie d’une famille manouche française, pendant la Deuxième Guerre mondiale, alors qu’elle est internée dans un camp pour les Gitans de nationalité française, près d’Angoulême. Où l’on découvre un épisode peu connu de cette période, les drames de camps qui ne sont sans doute pas des camps de la mort mais où l’on meurt tout de même de malnutrition, de maladies, du désœuvrement aussi… Un sujet d’actualité à l’heure où, partout en Europe, l’exclusion des « Roms » est à l’ordre du jour.



  • Tango tranquille

de Véréna Hanf

Éditions Le Castor Astral, 167 pages, 13 euros.


Dans le Bruxelles d’aujourd’hui, une femme vieillissante, assez riche, a choisi de vivre recluse. Et un jeune bolivien, plein de rêves mais sans papiers…Une rencontre de deux solitudes, pleine de délicatesse.



  • Les voyages de Daniel Asher

de Déborah Levy-Bertherat

Éditions Rivages, 192 pages, 18 euros.


De nos jours à Paris, Hélène, une jeune fille venue faire ses études à la capitale, logée par son grand-oncle, découvre la réalité de la vie et la personnalité de cet excentrique de la famille. Auteur d’une série de romans d’aventure à succès – mais que sa petite nièce n’a jamais été tentée de lire –, il a été adopté par la famille d’Hélène alors que, enfant juif, il a dû se cacher pendant la guerre. Un roman agréable à lire, sur l’identité, les racines, le secret et… l’amour.



  • La fabrique du monde

de Sophie Van der Linden

Éditions Buchet-Chastel, 160 pages, 13 euros.


Un court roman sur une jeune ouvrière chinoise de 17 ans, Mei, qui doit travailler en usine parce que son frère va commencer des études… Elle se retrouve quasi-esclave dans une grande usine dans laquelle elle vit jour et nuit – elle et ses camarades de travail dorment dans de grands dortoirs sur place.

Une rencontre et quelques jours vont bouleverser sa vie jusque-là sans espoir, mais pas sans rêves. Un roman terrible, qui jette une lumière crue sur « la fabrique du monde »…

Liliane LAFARGUE


Un polar japonais prémonitoire


  • La prophétie de l’abeille

de Keigo Higashino

Éditions Actes Sud 2013, 438 pages, 23,50€


Au Japon, des terroristes menacent de faire tomber un gros hélicoptère (Big Bee) bourré d’explosifs sur le surgénérateur de Shinyo si toutes les centrales nucléaires du pays ne sont pas mises hors d’état de fonctionner. L’auteur, ingénieur de formation (et auteur de polars très populaire au Japon), nous apprend tout (ou presque !) sur la structure et le fonctionnement des réacteurs nucléaires, leur vulnérabilité, les mesures adoptées pour les sécuriser et les conséquences éventuelles d’une attaque terroriste contre un réacteur nucléaire. Paru en 1998, le sujet traité dans ce thriller prend un relief particulier après les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima. Construite comme une mécanique de précision, l’intrigue, menée avec une rigueur logique époustouflante, est pleine de suspense.

Charles BOSCO

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article