Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Les articles du site

Le weekend dans un hôpital : « les chats sont partis et les souris dansent. »

23 mars 2020 Article Entreprises

Les cadres ne travaillant que la semaine, les équipes soignantes sont seules à l’hôpital le week-end. Les discussions y sont plus sincères, la réalité des problèmes et des besoins du service sont plus profondément discutés. Chacun donne plus librement son avis sur la situation. On imagine plus aisément comment les choses pourraient être améliorées si c’était nous qui pouvions collectivement en décider.

De la prise de parole …

Ne pas dépister chaque patient admis à l’hôpital fait encourir des risques aux soignants et aux autres patients. C’est reconnu par tous comme une aberration. Fuck aussi les discours du gouvernement, entre « rentrez chez vous ! » et « allez travailler pour soutenir le ‘front’ ! » Quand un travailleur met le pied dehors, ce n’est pas tant pour « soutenir » le front que pour laisser la possibilité au virus de gagner du terrain.

… à la contre-charge

Micro-pause sur les coups de 20h, pour aller écouter les applaudissements. Mine de rien ils font chaud au cœur dans la période. Même si bien sûr quand on imagine l’avenir on ne se leurre pas sur ce qui nous reviendra. Ils vont sûrement tout faire pour sucrer nos vacances. Il n’y a pas beaucoup de raison que ceux qui nous pressurisent et rabotent les budgets de l’hôpital depuis des années daignent même nous accorder une prime. D’autres ajoutent qu’une prime c’est pas grand chose et que c’est une revalorisation globale des salaires qu’il nous faudrait. On serre les dents, ça va barder.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Mots-clés