Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > août > 13

Le préfet de police de Paris s’assied allègrement sur la loi

13 août 2021 Brève Politique

À deux reprises, les 18 mai et le 22 décembre 2020, le Conseil d’État avait interdit au préfet de police de Paris, Didier Lallement, d’utiliser des drones pour filmer les manifestants. De même, le 12 janvier 2021, la Commission nationale de l’informatique et des libertés a sanctionné le ministère de l’Intérieur, dont dépend le préfet de police, pour l’usage abusif d’aéronefs équipés de caméras. De cela Lallement n’en a cure. Ses vols, baptisés « tests de détection », sont supposés servir uniquement à l’entrainement des troupes. Et le 29 juillet ses joujoux ailés ont survolé de nouveau le centre de la capitale.

Quand cela l’arrange, la gente policière n’hésite pas, non à violer la loi (où allez-vous chercher ça ?), mais à la contourner allègrement. Tout est dans la nuance.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article