Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2021 > août > 13

Logement social : les conséquences du sous-financement

13 août 2021 Brève Société

Selon le « tableau de bord » de l’Agence nationale de contrôle du logement social, publié début août, en 2019, dernière année prise en compte dans les statistiques, il fallait en moyenne un an avant de se voir accorder un logement social, soit 110 jours de plus qu’en 2018. Seules 13 % des demandes ont pu être satisfaites contre 15 % trois ans auparavant. Et ce n’est là qu’une moyenne. À Paris, on devait patienter 1177 jours, soit plus de trois ans, pour obtenir un logement et seules 5 % des demandes étaient satisfaites.

Bref, pour les plus pauvres, il n’a jamais été aussi difficile de se loger. Pour remédier à ça, il faudrait lancer un grand programme de logements sociaux, « quoiqu’il en coûte » et réquisitionner les logements vacants. Mais avec Macron, ce n’est pas demain la veille.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article