Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Éditos L’Étincelle > 2022 > mars > 21

Contre Macron candidat, mettons les luttes sociales au programme !

Après Macron-diplomate et Macron-chef-de-guerre, voici Macron-candidat, avec son programme dévoilé jeudi dernier. Alors que la sale guerre de Poutine en Ukraine fait rage, le président s’appuie sur elle pour sa guerre contre les classes populaires de ce pays.

Macron promet la guerre aux classes travailleuses

Pour commencer, il s’est félicité d’avoir augmenté le budget des armées de 25 %, promet de poursuivre dans cette voie et de doubler le nombre de réservistes. Il veut embrigader la jeunesse dans son Service national. Une immonde escalade guerrière, quoi qu’il en coûte… aux travailleurs et aux peuples.

En matière d’offensive, le message est clair. Retraite à 65 ans alors que l’espérance de vie en bonne santé recule ! Augmentation du temps de travail, précarisation des enseignants : secteur par secteur, serrer la vis. Conditionnement du RSA à une obligation de travailler de 15 à 20 heures par semaine : de la main d’œuvre gratuite, ce n’est certainement pas ce qui incitera les patrons à embaucher et augmenter les salaires ! Plus que jamais, Macron s’affiche comme le candidat des très riches !

Les autres candidats s’indignent, mais c’est par jalousie. Pécresse accuse Macron de l’avoir copiée ; Zemmour trépigne mais garde un silence gêné sur ses propres propositions, identiques ; et Le Pen, elle, se donne une posture un peu sociale et tente une OPA sur les préoccupations des classes populaires, mais c’est pour les engluer dans une propagande anti-migrants qui dresse les travailleurs les uns contre les autres et met tout ce beau monde bourgeois bien d’accord.

Il faut accueillir tous les réfugiés

Chez les politiciens, c’est à qui se montrera le plus favorable à l’accueil des réfugiés ukrainiens, mais, dans la réalité, l’accueil reste limité : on le délègue à la population, qui doit se débrouiller, et l’on n’accueille qu’au compte-gouttes : Macron promet d’accueillir 100 000 Ukrainiens, mais il y en a déjà trois millions qui ont fui leur pays !

Et les réfugiés venus de Syrie, d’Afrique, fuyant d’autres guerres ou les catastrophes climatiques dues à l’irresponsabilité des pays riches ? On les refoule derrière des barbelés ou on les laisse tourner en rond en Méditerranée, le tombeau de combien d’embarcations de fortune pour ces hommes, ces femmes et ces enfants dont personne ne veut ?

Voter utile, voter pour se battre, voter Poutou

Tous ces politiciens veulent s’assurer que nous ne nous occupions pas de ce qui nous concerne. « Restez calme, votez pour moi, je m’occupe de tout ! » Tout le contraire de Philippe Poutou, pour qui tout ce que nous obtiendrons sortira de nos luttes. Et qui, justement, nous appelle à nous mêler de ce qui nous concerne. La candidature qui prépare à la lutte, c’est celle-là.

Pour suivre la hausse des prix, il faudra arracher des hausses de salaire au patronat. Pour l’accueil de tous et contre la guerre, il faudra lutter contre les gouvernements nationalistes qui nous paralysent.

En votant nombreux pour une candidature ouvrière, internationaliste et révolutionnaire, en votant pour Philippe Poutou, nous le dirons haut et fort : À bas la guerre contre les peuples ! L’heure est à la lutte sociale !

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article