CCR
Convergences  révolutionnaires
Revue publiée par la fraction L' Etincelle

 

ACCUEIL

QUI SOMMES NOUS ?

LIENS

ABONNEMENT

CONTACT

NOS ARCHIVES
- Tous les numéros
- Les tribunes
- Les éditos
- Autres archives

CA SE DISCUTE !

Marx

 


Edito des bulletins d’entreprise

- Le 25 août 2014

« l’État islamique » : un des visages de la barbarie capitaliste

Laurent Fabius a paradé à Roissy pour l’accueil de quarante « chrétiens » qui ont fui la barbarie instaurée par l’État islamique (EI) en Irak. Quarante bénéficiaires de l’asile, alors qu’en 2014 plus d’un million de personnes, de toutes confessions, ont été déplacées par les violences en Irak. Belle leçon d’humanité ! Et le ministre de préciser que l’accueil de réfugiés se ferait au compte-goutte pour éviter les « infiltrations » et que seraient privilégiées les familles ayant « un lien avec la France. »

Les barbares portent aussi des costards

Les djihadistes de l’État islamique (EI) ont instauré un « califat » sur un territoire grand comme le Portugal, à cheval sur la Syrie et l’Irak. Décapitations ou lapidations, ils ne renoncent à aucune violence pour terroriser les populations des territoires qu’ils contrôlent. Cette milice de religieux moyenâgeux parade aujourd’hui aux commandes de chars américains dernier cri.

Les dirigeants des grandes puissances, États-Unis, France et Grande-Bretagne en tête, font mine de s’en émouvoir. C’est pourtant leur politique qui a nourri les djihadistes.

Après plus de dix ans d’un embargo qui a tué cinq cent mille enfants, les États-Unis ont bombardé puis envahi l’Irak en 2003. L’occupation militaire directe, qui a tout de même duré huit ans, ne représentait pas une solution de long terme pour contrôler cette région riche en pétrole. Les faucons de Washington ont donc cherché sur place des forces capables de tenir la population irakienne en respect malgré la pauvreté croissante, des forces qui soient aussi disposées à assurer des contrats aux multinationales occidentales.

Irak et Libye, une même stratégie

Ils ont vendu l’Irak aux milices confessionnelles, en s’appuyant sur l’une puis sur l’autre afin de diviser pour régner tout en maintenant la population dans la terreur. Des bandes d’hommes armés, rançonnant les familles, vivant de tous les trafics, s’affrontent depuis 2003 pour le contrôle de villes ou de quartiers afin de négocier des miettes avec l’occupant. Et elles justifient ces agissements au nom de motifs religieux ou nationalistes.

L’état de guerre permanent a ôté toute perspective d’avenir à la jeunesse et fait table rase des services publics comme l’éducation ou la santé. Seule l’industrie du pétrole fonctionnait normalement jusqu’aux événements récents. La guerre civile dans la Syrie voisine, que les grandes puissances font tout pour prolonger, a ajouté à la déstabilisation de toute la région.

Ce chaos organisé ne pouvait que profiter aux forces les plus violentes et les plus réactionnaires. « L’État islamique » est le produit de la politique des grandes puissances.

L’État français n’a rien à envier à son compère américain. Avec les mêmes objectifs et les mêmes méthodes, rien que ces quatre dernières années, il est intervenu militairement en Côte d’Ivoire, en Libye, au Mali et en Centrafrique. Aujourd’hui, la situation en Libye est comparable à l’Irak.

En finir avec la barbarie capitaliste

La violence des djihadistes de l’EI n’est que le reflet de la terreur que les armées occidentales ont imposée aux peuples de la région depuis plus d’un siècle pour préserver leur domination. Si les bandes armées réactionnaires sont bien sûr un danger mortel pour les travailleurs et les femmes, n’oublions pas que les alliés les plus sûrs des « démocraties » occidentales sont l’État confessionnel israélien qui bombarde les populations civiles de Gaza et les monarchies moyenâgeuses du Qatar et d’Arabie Saoudite.

Au Moyen-Orient le système capitaliste, construit sur l’exploitation et sur la guerre, se révèle dans son horreur la plus crue. Le renverser est une nécessité pour les peuples de la région, comme pour l’humanité tout entière.


Les rats quittent le navire - 25 août 2014

Valls a présenté la démission de son gouvernement suite à des joutes internes menées par les ministres Arnaud Montebourg et Benoît Hamon. Ces derniers prétendent proposer une autre politique économique.

Mais dans le camp des frondeurs, comme dans celui de l’exécutif, pas l’ombre d’une mesure qui réponde aux revendications urgentes des travailleurs.

Le chômage et les bas salaires sont le fait de la politique des grands patrons et des banquiers responsables de la crise. Et aucun des deux clans qui s’affrontent ne les fera payer.

Etats-Unis : du racisme policier à la révolte - 25 août 2014

Les résultats de l’autopsie sont accablants pour la police : Michael Brown, le jeune Noir de Ferguson aux Etats-Unis abattu le 9 août dernier est décédé après avoir reçu six balles, dont une dans le crâne, alors qu’il se rendait aux autorités.

La colère des habitants de cette ville, majoritairement noirs, s’est exprimée massivement dans les rues contre cet acte raciste.

C’est la même colère qui s’est exprimée dans une manifestation à New York ce samedi 23 août, suite à la mort d’Eric Garner, un homme noir victime d’une strangulation lors d’une interpellation policière.

Face à cette violence d’État qui frappe la population pauvre, la révolte est plus que légitime.

Et pendant ce temps-là, les patrons dorment... - 25 août 2014

15 % des salariés travaillent de nuit de façon régulière ou occasionnelle, deux fois plus qu’il y a vingt ans. Troubles du sommeil, de l’humeur et de la digestion, augmentation du risque d’accidents cardiovasculaires, de cancer du sein et d’isolement social, les conséquences sont lourdes.

Si, dans certaines professions, le travail de nuit s’explique par une contrainte de service public (dans les hôpitaux par exemple), il est aberrant que des patrons, pour faire encore plus de profits, demandent à leurs salariés de se ruiner la santé, en l’achetant au moyen de primes et autres « compensations ».

Dans le public comme dans le privé, il faut combattre les rythmes et horaires de travail inhumains. Et imposer le partage du travail entre tous.

Action ! - 25 août 2014

La tournée des intermittents continue. Au tour du dernier festival d’été, à Aurillac, d’être touché par la grève. Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés contre la nouvelle réforme du régime chômage des intermittents du spectacle qui restreint les droits des salariés de la culture.

Alors que le chômage ne cesse d’augmenter, le combat des précaires est notre combat à tous.

Expulsion criminelle - 25 août 2014

Jeudi soir, un Algérien est décédé d’une asphyxie dans le fourgon qui devait le mener à l’aéroport Charles de Gaulle pour son expulsion. Selon Le Monde, l’homme a été immobilisé par la force à l’aide d’un casque et d’une camisole. En effet, toutes les voies de recours n’avaient pas encore été épuisées et le 16 août déjà, ce ressortissant algérien s’était déjà opposé à une première tentative d’expulsion.

Vendredi, d’autres retenus ont commencé une grève de la faim pour que « les acteurs de cette violence soient punis ». Lors d’une tragédie similaire en 2008 la révolte avait même éclaté au centre de rétention de Vincennes.

On n’en a pas fini avec l’amiante - 25 août 2014

Le Haut Conseil de la Santé Publique a publié un rapport estimant que les cancers liés à l’amiante devraient encore tuer pas moins de 100 000 personnes en France d’ici 2050. Rien d’étonnant malheureusement puisque l’amiante a déjà fait entre 61 000 et 118 000 morts entre 1995 et 2009. De plus, les travaux de désamiantage ne sont pas toujours entrepris, même quand le taux de fibre par litre d’air imposant à l’entreprise de désamianter est atteint. Des économies meurtrières de la part de nos patrons.

Action ! - 21 juillet 2014

La nouvelle réforme du régime chômage des intermittents du spectacle restreint les droits des salariés de la culture. Mais les intermittents ne restent pas les bras croisés. Ils manifestent, envahissent des scènes, tiennent des assemblées générales. Du fait de leur grève, certaines représentations du festival d’Avignon ont été annulées.

Les intermittents mobilisés s’étaient promis que les ministres ne passeraient pas l’entrée des festivals. Et c’est chose faite ; dès que la ministre de la Culture a pointé le bout de son nez à Avignon, elle s’est fait virer sous les huées des intermittents. Bien fait !

Valls réécrit l’histoire… - 21 juillet 2014

« J’ai menacé la CGT de faire intervenir les forces de l’ordre et ça a débloqué la situation » a affirmé Valls au sujet de la fin de la grève à la SNCM. Les travailleurs de la SNCM ont lutté plus de deux semaines pour conserver leur emploi face à la menace de redressement judiciaire à la demande du principal actionnaire. En fait, ils ont arrêté leur mouvement parce qu’ils ont obtenu la suspension de toute procédure judiciaire pendant cinq mois.

Si Valls roule des mécaniques face aux travailleurs combatifs, c’est pour apparaître comme le plus servile des larbins du patronat.


Numéro 94, juin-juillet-août 2014

Hollande persiste et signe

DOSSIER : Élections européennes, pas de surprise pour ceux qui ont fait le lit du FN

Élections européennes : pas de surprise pour ceux qui ont fait le lit du FN
Du « patriotisme économique » à la dénonciation du « Grand marché transatlantique »
Avec ou sans traité, combattre le capitalisme
La politique de l’extrême gauche au miroir des élections : esquisse d’un bilan
Combattre le Front national, mais comment ?
A lire

Les autres articles :

Cheminots : du ras-le-bol général au mouvement d’ensemble !
Couloir de la Chimie lyonnaise : Les travailleurs de Solvay-Rhodia Saint-Fons ont relevé la tête
Limousin : International Paper : la lutte paie !
Poste, Hauts-de-Seine : Les facteurs ne désarment pas
Le 22 mai dernier à Nanterre : Nouvelle Assemblée générale des hospitaliers, à l’appel de l’hôpital psychiatrique de Caen, en lutte
PSA Poissy : Pas encore la fermeture, mais usine compactée et personnel compressé
Ukraine : un oligarque peut en cacher un autre !
Brésil : Le Mondial de la contestation
Quand FIFA rime avec mafia
Inde : M le Modi : une vague nationaliste emporte les élections législatives
Turquie : 301 mineurs, morts pour le capital
Les guerres de Hollande en Afrique : Plus impérialiste que moi, tu meurs !
Nigeria : La population piégée entre l’armée, la secte Boko Haram… et les intérêts pétroliers
Il y a 20 ans, le génocide au Rwanda
Cinéma
Livres

 Site réalisé avec spip

convergences révolutionnaires | ABONNEMENT | CONTACT | PLAN DU SITE | ADMIN