CCR
Convergences  révolutionnaires
Revue publiée par la fraction L' Étincelle

 

ACCUEIL

QUI SOMMES NOUS ?

LIENS

ABONNEMENT

CONTACT

NOS ARCHIVES
- Tous les numéros
- Les tribunes
- Les éditos
- Autres archives

CA SE DISCUTE !

Marx

 


Edito des bulletins d’entreprise

- Le 24 mai 2016

Mobilisation contre la loi travail : Un nouvel élan

Depuis deux mois et demi, la colère s’exprime contre cette loi travail qui vise à légaliser tous les chantages patronaux. Sept journées de grève et de manifestations interprofessionnelles ont déjà mobilisé de nombreux travailleurs et jeunes. Alors que les médias répétaient que la mobilisation était sur le déclin, les manifestations de jeudi dernier, 19 mai, leur ont asséné un démenti en rassemblant plus de monde que les deux journées précédentes. Enfin, dans la foulée des cheminots puis des routiers, l’extension de la grève dans les raffineries et les blocages solidaires des dépôts de carburants a donné à la mobilisation un nouvel élan. Et signalons que ce que les médias appellent « blocage », c’est le plus souvent bel et bien la grève !

Avec les cheminots, les routiers, les dockers, les raffineurs, l’heure est à l’extension des grèves

Dans bien des entreprises, des minorités ont fait grève à chaque journée de manifestation. Mais nombreux parmi nous ont constaté que la stratégie de manifestations espacées ne réussirait pas à faire reculer le gouvernement. Et voilà que les salariés des raffineries relèvent le gant, en répondant aux postures de Valls et aux déploiements policiers par l’extension de la grève à toutes les raffineries.

Mieux, les raffineurs s’adressent cette fois aux salariés de tous les secteurs, en les appelant à les rejoindre dans la grève. C’est effectivement le problème de l’heure. Oui, à présent, il s’agit d’impulser une nouvelle dynamique par la seule arme que craignent vraiment gouvernements et patronat : l’extension des grèves de salariés.

Quand la base s’organise

« Grève générale ! » a-t-on scandé dans les cortèges. Pourtant, jusque-là, les directions syndicales n’ont rien fait pour la construire. Dans les secteurs les plus mobilisés, comme à la Sncf, elles n’ont eu de cesse de repousser l’échéance d’une grève reconductible. Elles ont tenté d’isoler les cheminots par des journées de grèves distinctes de celles des autres salariés, comme si le « décret socle » contre lequel se battent également les cheminots n’était pas l’avatar de la loi travail pour le rail !

Seulement, désormais, dans différentes gares, comme à Paris, Tours, Grenoble, Sotteville (près de Rouen), ils ont décidé par eux-mêmes, dans les assemblées générales, qu’il était temps de s’y mettre vraiment et ils reconduisent la grève depuis le 18 mai. A Sotteville, par exemple, un comité de grève a été élu qui «  appelle, dès maintenant, l’ensemble des cheminots à rentrer ou à amplifier le mouvement pour faire converger les luttes avec les autres secteurs. En effet, il serait dommage de ne pas profiter des actions de la pétrochimie, des portuaires et autres », en concluant : « C’est tous ensemble qu’on doit lutter et c’est tous ensemble qu’on va gagner ! » C’est la tonalité et le sens des votes et appels lancés par des groupes de cheminots organisés depuis quelques jours dans bien d’autres gares.

Faire tache d’huile

Voilà pourquoi, sous la pression de la base des secteurs les plus mobilisés, Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, jusque-là si frileux, s’est enfin décidé à appeler à « une généralisation des grèves partout en France ». Il était temps.

Ce n’est donc pas le moment de se décourager, mais d’entraîner tous les collègues à rejoindre les secteurs qui sont entrés en lutte : cheminots, routiers, raffineries… Quand les dépôts de carburant sont bloqués, autant que les grèves, elles, fassent tache d’huile.

La mobilisation contre la loi travail est donc à un tournant. La tâche de ceux qui veulent faire reculer le gouvernement est de construire le mouvement d’ensemble. En s’organisant et en décidant collectivement dans des assemblées générales. Partout, en établissant des liens entre entreprises et secteurs, en conjuguant nos efforts et en participant tous ensemble aux grèves et manifestations, à commencer par celle de jeudi 26 mai.


100 smics pour le patron ? Merci Valls ! - 23 mai 2016

Vendredi dernier, Manuel Valls a parlé de limiter par la loi les « rémunérations indécentes » des patrons… à 100 fois le Smic. Quelle audace ! C’est sans doute ce qu’on appelle le « socialisme de marché ». D’un côté, Valls veut bazarder le code du Travail, de (...)

Pour que les mal-aimés se fassent aimer - 23 mai 2016

Mercredi dernier des policiers rassemblés place de la République à Paris (en fait pas très nombreux) se sont plaints d’être si peu aimés des manifestants qu’ils matraquent et gazent… sur ordre du ministère pour faire passer en force la loi Travail. Qu’ils se rassurent : (...)

Paroles d’un ministre « droit dans ses bottes » - 23 mai 2016

Aux routiers, Valls affirmait le 20 mai que la CGT et FO, « attisent les inquiétudes en faisant croire que la loi travail mènerait à baisser la rémunération des heures supplémentaires » à « 10 % au lieu de 25 % ». Il expliquait : « Je veux rassurer les conducteurs : il n’y a pas de (...)

La seule réponse à la violence du gouvernement - 23 mai 2016

Le gouvernement à envoyé les forces de l’ordre vendredi dernier pour débloquer les premières raffineries en grève. Du coup, les salariés de 4 raffineries sur les 8 que compte la France ont alors démarré une grève reconductible. Ce lundi, ils appelaient à juste titre les salariés des (...)

Ce ne sont pas des arrêtés préfectoraux qui étoufferont la mobilisation ! - 23 mai 2016

Jeudi dernier, la manifestation contre la loi travail a été interdite à Nantes. Dans tout le pays, des dizaines de jeunes et de militants ont été interdits de manifestations sur ordre des préfectures de police. Mesures permises par l’« état d’urgence », qui vient d’être (...)

Le PS fait du « déni de minorité » - 23 mai 2016

Les réfugiés mineurs et isolés qui arrivent en France bénéficient en théorie d’une prise en charge obligatoire par le pays d’accueil jusqu’à leur majorité. À Nantes comme ailleurs, c’est au département de les prendre en charge, mais faute de subventions suffisantes, le (...)

Contre la répression, mobilisation - 16 mai 2016

Jeudi 12 mai à Caen, une soixantaine de manifestants ont occupé la Direction départementale du travail pour protester contre le recours au 49-3. La police débarque de ses fourgons en tenue anti-émeute, elle charge sans sommation à coups de matraque et jette des grenades lacrymogènes dans le (...)

Urgence sociale : continuez le combat ! - 16 mai 2016

Confronté à une mobilisation sociale persistante, le gouvernement tente le coup de l’état d’urgence. Plusieurs dizaines de militants politiques ont reçu le week-end dernier des arrêtés préfectoraux leur interdisant de manifester mardi 17 mai. Aucun fait précis ne leur est reproché (...)

Numéro 105, avril-mai 2016

Un mois et demi de mouvement contre la Loi El Khomri : Ils n’ont toujours pas reculé… mais nous non plus !

Technocentre Renault Guyancourt : Viré pour un mail !
Place de la République à Paris : Hôpitaux Debout
Lyon – Couloir de la Chimie : Une réaction exothermique contre la loi Travail
PSA Poissy : « Ça tourne dans les têtes »…
En ce mois d’avril 2016 : Les postiers du vingtième, à Paris, relèvent la tête
Printemps 2016 au fil des jours
Lycée Hélène-Boucher (Paris 20e), 14 et 15 avril : De la manif au banquet de lutte
Le lycée des décrocheurs en visite à la coord : Le Rameau d’Or
À Toulouse : Manifs, spectacle, dérision, convergences… et on refait le monde
Mulhouse : Les jeunes ne lâchent rien, les travailleurs ne les lâchent pas
Agen : « Comment fait-on, pour se mettre en grève ? »
À Strasbourg, la convergence étudiants-travailleurs se prépare activement
Bordeaux : « Là, franchement, c’est trop ! »
Étudiants : à Lyon 3, on s’y met aussi !
Dans l’actualité

De nuit et de jour : travailleurs, debout !

De nuit et de jour : travailleurs, debout !
Nuit Debout : Des forums où les travailleurs pourraient imprimer leur marque
Nuit debout : Les fées autour du berceau...
Appareils syndicaux : En un combat douteux
Cheminots debout : Retrait du décret-socle et de la loi Travail !

 Site réalisé avec spip

convergences révolutionnaires | ABONNEMENT | CONTACT | PLAN DU SITE | ADMIN