CCR
Convergences  révolutionnaires
Revue publiée par la fraction L' Étincelle

 

ACCUEIL

QUI SOMMES NOUS ?

LIENS

ABONNEMENT

CONTACT

NOS ARCHIVES
- Tous les numéros
- Les tribunes
- Les éditos
- Autres archives

CA SE DISCUTE !

Marx

 


Edito des bulletins d’entreprise

- Le 27 août 2015

Non à l’Europe des barbelés et des frontières !

Depuis le début de l’année, plus de 2 000 personnes ont trouvé la mort en tentant de traverser la Méditerranée dans des bateaux de fortune pour rejoindre l’Europe. En renforçant les contrôles et en restreignant l’entrée en Europe, les gouvernants européens poussent des migrants à prendre tous les risques pour fuir la guerre et la pauvreté, pour chercher simplement un moyen de survivre.

C’est aussi la fermeture des frontières et les harcèlements permanents des migrants par la police qui poussent à Calais des réfugiés à risquer leur vie pour traverser la Manche, en bateau ou en tunnel. Mais la seule réponse des gouvernements français et britannique mise en scène la semaine dernière de façon martiale est de mettre encore plus de policiers et dresser de nouvelles barrières et murs. Comme si cela pouvait dissuader des migrants qui ont vécu des mois d’épreuves pour arriver jusque là de tenter de faire la traversée. Ces mesures ne font que préparer de nouveaux drames.

Contrairement à ce qu’on voudrait parfois nous faire croire, l’Europe ne donne pas facilement l’asile : en France, moins de 15 000 demandes d’asiles acceptées en 2014 : tout sauf une terre d’accueil. La réalité de l’Europe est à l’image de l’intervention de l’armée macédonienne qui a refoulé sans ménagement des réfugiés à sa frontière avec la Grèce. Alors que ces réfugiés qui fuyaient pour la plupart la guerre en Syrie ne souhaitent que traverser ce pays.

La guerre en Syrie et les exactions de l’État islamique ont créé plus de quatre millions de réfugiés. Mais la grande majorité d’entre eux sont dans les pays voisins, Turquie, Liban, Jordanie. Et seule une infime partie des Syriens réfugiés est aujourd’hui en Europe.

Lorsque la Commission européenne envisage de répartir l’accueil des réfugiés sur les différents pays de l’Europe, les États européens discutent de seulement 40 000 demandeurs d’asile sur deux ans, sur l’ensemble des pays de l’Union européenne. Pour un regroupement de pays développés comptant plus de 500 millions d’habitants, ce chiffre est dérisoire. Bien inférieur aux nombres de 1,8 millions de réfugiés syriens présents en Turquie ou 1,1 millions en Libye.

Cela n’empêche pourtant pas les politiciens européens de se chamailler pour prendre la plus petite part et reporter sur leurs voisins. Les dirigeants slovaques se sont fait remarquer en annonçant accepter accueillir 200 réfugiés syriens, mais à la condition qu’ils soient chrétiens et pas musulmans. Mais ce sont tous les dirigeants européens qui usent de démagogie, en singeant les discours de l’extrême droite raciste et xénophobe qui voudrait faire peur avec une prétendue invasion de migrants.

Le plus scandaleux est que ce sont les mêmes dirigeants des grandes puissances qui ont créé et entretenu les situations de guerre et de misère. Les guerres d’Irak, d’Afghanistan ou de Libye n’ont fait que rajouter encore des morts et des destructions à la pauvreté. Pour les dirigeants impérialistes, il n’y a pas de frontière qui vaille quand il s’agit de défendre leurs intérêts, et aller semer le chaos et la misère à l’autre bout de la planète. Pour les grandes entreprises, aucune frontière ne s’impose : elles peuvent exploiter les hommes et les richesses naturelles partout dans le monde.

Quoi d’étonnant à ce que des hommes et des femmes cherchent à sortir de situations dramatiques dans lesquelles sont plongées des pays entiers ? La planète regorge de richesses. Plus qu’il faudrait pour permettre à chacun de vivre dignement.

Les travailleurs de tous les continents ont les mêmes ennemis et n’ont aucun intérêt à se laisser diviser. Contre les tenants du système, la solidarité entre exploités s’impose.


En Grèce, l’urgence des luttes - 27 août 2015

Le premier ministre grec Tsipras a démissionné pour convoquer de nouvelles élections, après avoir infligé à sa population un énième plan d’austérité, contraire à ses promesses électorales et au « non » exprimé par les Grecs au référendum de juillet dernier. Ses négociations avec ceux qui (...)

Flagrant délit de politique raciste - 27 août 2015

Invité à s’exprimer à la radio sur les fouilles « aléatoires » – c’est-à-dire en grande partie au faciès – dans les gares, le secrétaire d’État aux Transports, Alain Vidalies, a déclaré : « je préfère qu’on discrimine, effectivement, pour être efficace ». (...)

Chair à profits - 27 août 2015

Le 12 août en Chine, un entrepôt contenant 700 tonnes de cyanure explosait dans la ville de Tianjin. Plus de 120 morts et des centaines de blessés. L’entrepôt était conçu pour contenir 24 tonnes de cette substance chimique très dangereuse. Mais les dirigeants de l’entreprise en (...)

Urgences : Revenez en septembre - 27 août 2015

Depuis le 9 août, les Urgences et le service de Réanimation de l’hôpital de Valognes (Manche) sont fermés, faute de médecins. À Firminy (Loire) et Saint-Vallier (Drôme), les Urgences ferment la nuit depuis fin juillet. Et combien d’hôpitaux ont fermé des services cet été par manque (...)

Droit de grève mis à mal en Tunisie - 14 juillet 2015

Depuis le 4 juillet l’état d’urgence a été décrété en Tunisie suite aux deux attentats du musée du Bardo et de Sousse. En décrétant des pouvoirs d’exception à l’armée au prétexte de combattre le terrorisme, le président Essebsi cherche en fait à museler toute (...)

L’« inacceptable » pleinement justifié - 14 juillet 2015

Jeudi 9 juillet, tous les métros de Londres étaient à l’arrêt suite à la plus grande grève dans les transports en commun depuis 2002. Alors que la direction prévoit l’ouverture du métro de nuit pour septembre, près de 20 000 grévistes se battent pour l’augmentation des (...)

Austérité ? Pas pour tout le monde... - 14 juillet 2015

Alors qu’Hollande et Merkel se préparent à écraser les travailleurs de Grèce au prétexte d’une dette de 300 milliards d’euros, ce sont près de 3 000 milliards qui se sont volatilisés sur les marchés boursiers chinois le mois écoulé. Comme lors de la crise financière de 2009, (...)

Le Top 500 des parasites français - 14 juillet 2015

Pour la 20e année consécutive, Challenges vient de lâcher son Top 500 des plus grandes fortunes de France. Elles pèsent à elles toutes, 460 milliards d’euros, 5 fois plus qu’en 1996 et une fois et demie le montant de la prétendue dette de la Grèce. Révoltant. Les riches français le (...)

Numéro 100, juin-juillet-août 2015

Éditorial : Expulsions de La Chapelle : L’ignominie au pouvoir

Hôpitaux

Hôpitaux de l’AP-HP : En lutte contre le vol des RTT... et tout le reste !
Région lyonnaise : Mobilisation pour la sécurité à l’hôpital psy du Vinatier
Interview : La situation au Vinatier, vue par un infirmier de l’hôpital
Autriche : Un goût de révolution dans les hôpitaux ?

Espagne

Vive la grève des sous-traitants de Telefónica !
Élections du 24 mai : Après la Puerta del Sol, les « indignés » occupent-ils les mairies ?
Podemos, un an après

Films et livres

Film : Le labyrinthe du silence
Film : Howard Zinn, une histoire populaire américaine
Film : La loi du marché
Deux films, trois religions
Livre : Le Joueur de Flûte et l’Oncle Hô

Les autres articles :

Méditerranée : Les dents de la mer et les requins du nord
« Le radeau mesurait neuf mètres de long sur deux de large. Nous étions une centaine… »
Ras-le-bol, débrayages, rassemblements : un spectre hante les usines PSA
Transports en commun lyonnais (TCL) : une journée de grève réussie…
SNCF : pendant les négociations, les attaques continuent
Foot-business is business
Turquie : la classe ouvrière montre sa force
Baltimore (USA) : la révolte
Allemagne : grèves notables et loi antigrève
Boko Haram, fils d’Allah et du pétrole
Notre camarade Jacques Morand

 Site réalisé avec spip

convergences révolutionnaires | ABONNEMENT | CONTACT | PLAN DU SITE | ADMIN