Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Netflix

Team USA : scandale dans le monde de la gymnastique

30 juillet 2020 Article Culture

Le documentaire, réalisé par Bonni Cohen et John Shenk, repose sur différents témoignages de jeunes gymnastes. Celles-ci décrivent les abus dont elles ont été victimes et leurs combats contre le coordinateur médical national de la fédération américaine de gymnastique : Larry Nassar, coupable de pédophilie et condamné à 140 ans de prison pour agressions sexuelles envers 265 gymnastes américaines.

Alors que le grand public admire les exploits sportifs et le courage époustouflant des athlètes, le film met au grand jour l’ampleur de l’exploitation de jeunes filles et adolescentes par des adultes qui les dominent complètement et recherchent la performance quels que soient les impacts sur les corps et esprits. Leur corps doit être un outil de travail comme un autre. Exercer un contrôle entier dessus est donc primordial pour les entraîneurs. On les façonne en les soumettant, les insultant, les rabaissant, les isolants. Une pression terrible est mise sur leur poids et les multiples blessures ne sont pas prises en compte. Les violences sexuelles sont également banalisées.

Pour les médailles, la fédération américaine de gymnastique a fonctionné comme une grosse entreprise en mettant à sa tête des pros du marketing. Afin d’avoir accès à des financements, la fédération américaine de gymnastique fait appel à Panasonic, Coca Cola, Mac Donald, ou Texaco. Des sponsors cherchant la belle image de la fédération en étouffant et niant en bloc les humiliations, brimades physiques et agressions sexuelles mises à jour par le travail d’investigation mené par un journal américain l’Indystar sur lequel est basé le documentaire.

Le but n’est même pas que les athlètes dominent leur corps par l’entrainement mais que ceux-ci soient des machines à faire du fric. La loi du silence est règle du milieu, quelques soient les abus et mécanismes insidieux. Un rapport d’Human Rights Watch basé sur les témoignages de 800 athlètes dénonçait lundi 26 juillet des cas similaires dans le sport japonais notamment des châtiments physiques, abus sexuels ou privations de nourriture et d’eau. La France n’est pas épargnée comme l’ont montré notamment l’athlétisme ou le patinage artistique qui ont défrayé la chronique.

Orianne Liturri

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article