Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Révolution : 1. Liberté, une BD de Locard et Grouazel

Actes Sud - L’An 2, 2019, 294 p., 26 €

28 janvier 2021 Article Culture

Parler de la Révolution par en bas, ce n’est pas nouveau mais cette fresque en BD du Paris populaire et révolutionnaire en 1789 valait quand même un petit article !

Les deux auteurs racontent dans ce premier tome sur la Révolution française comment nait une révolution, jour après jour, en suivant plusieurs personnages que le cours fulgurant des événements transforme. Des personnages réels et fictifs se côtoient, pour redonner toute leur place, dans le processus révolutionnaire, à tous ces inconnus, ces sans nom qui l’ont construit, vécu et qui pourraient aujourd’hui retransformer la société. Sans cadrage historique précis (hormis les petites introductions de chapitre), le lecteur est plongé dans les événements comme le sont les personnages : une travailleuse qui organise avec la Mère Audu la marche des femmes à Versailles ; un journaliste royaliste complotiste en passant par un membre du futur club des Jacobins. Prenant le contre-pied des récits parfois trop psychologisants sur les grands hommes qui auraient fait l’histoire, Locard et Grouazel font revivre, dans un fourmillement de détails, le quotidien des faubourgs parisiens, des tonneliers et des lavandières dont les bras nus mais bientôt armés ont ébranlé l’ancien monde. Le roi lui-même n’apparait pas, renvoyé au personnage fantasmé et imaginaire qu’il était pour les couches populaires, qu’on voit « retourner » la garde nationale (quatre-vingt-deux ans avant la Commune) et appuyer les décisions révolutionnaires des députés de l’Assemblée. La force du peuple côtoie le mépris et la méfiance des bourgeois qui luttent aussi, bien sûr, pour la fin des privilèges de la noblesse, mais qui craignent pour leurs propres intérêts politiques et économiques et cherchent sans cesse à contrôler la rage révolutionnaire :

« La garde nationale n’est-elle pas censée éviter les débordements populaires ? », demande ainsi Abel de Kervélégan, un député du tiers état à son frère d’abord cynique puis enrôlé dans la garde.

« Elle est là pour protéger les Parisiens, pas pour les empêcher.

– Ne t’attache pas trop. S’ils continuent leurs conneries, tu vas bientôt devoir leur tirer dessus. »

À la fois analyser et faire vivre 1789, telle est la gageure réussie de cette BD intelligente, drôle, qui redonne toute sa place aux ventres vides et à des événements peu retenus par l’imaginaire collectif. Qui a en tête par exemple le massacre d’insurgés en avril, lors du saccage de la manufacture de Réveillon, un patron qui songeait à baisser les salaires, ou encore les incendies des barrières d’octroi qui servaient à prélever une taxe sur les marchandises entrant à Paris ? La lecture de sources historiques, comme les registres des sociétés populaires, permet aux auteurs-dessinateurs de mettre en lumière les grandes préoccupations des faubourgs : l’approvisionnement comme les complots des nobles, complots qui d’ailleurs n’épargnent pas le camp d’en face. Une lecture qui a de quoi inspirer encore aujourd’hui, et dont on attend la suite en préparation avec impatience !

Barbara Kazan

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Mots-clés