Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Hôpitaux

Nouvelles attaques contre les congés

6 novembre 2020 Article Entreprises

Le gouvernement a publié un décret au Journal officiel le 29 octobre concernant l’indemnisation et la majoration des heures supplémentaires dans la fonction publique hospitalière entre le 1er octobre et le 31 décembre. Ce décret concerne également les suppressions de congés et de RTT. En l’absence d’embauches, ces suppressions sont rendues inévitables en raison du sous-effectif permanent des structures de soin, aggravé par l’épidémie

Le texte donne ainsi le droit aux directions et aux cadres de supprimer les congés et les RTT d’ici la fin de l’année sans laisser le choix aux salariés. Pendant la première crise au printemps, beaucoup d’agents hospitaliers avaient déjà dû renoncer à leurs congés annuels et à leurs RTT. Les retards pris pour les soins autres que la Covid ont été partiellement reportés ensuite, ne laissant pas, la plupart du temps, le temps de récupérer aux soignants.

D’autre part, ce sont les ARS qui décideront au cas par cas quels établissements auront droit à l’indemnisation de ces heures supplémentaires. Ainsi dans certaines structures, les congés pourront être supprimés sans que l’indemnité compensatrice ne soit accordée. Cela veut dire que, durant toute l’année, des agents de la fonction publique n’auront pas pu bénéficier de leurs congés et auront dû enchaîner des heures supplémentaires, mais ne seront indemnisés qu’au cas par cas.

Le manque de personnel dans les hôpitaux et la volonté du gouvernement de ne pas embaucher dans la santé font que la situation n’a pas changé depuis le printemps, elle est même pire en raison de la fatigue accumulée. La seule « solution » envisagée est, une fois de plus, d’accabler les agents qui devront faire les frais de la pénurie. Seule une explosion de la colère, qui continue de s’accumuler, pourra inverser le cours des choses et imposer les dizaines de milliers d’embauches immédiates nécessaires dans les hôpitaux.

Catherine Pivard, le 5 novembre 2020

(photo : manifestation du 16 juin 2020 à Paris)

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Mots-clés