Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Nouveau gouvernement en Allemagne : « Oser la continuité » ?

1er décembre 2021 Article Monde

(Photo : Olaf Scholz en campagne, photo de Michael Lucan, https://commons.wikimedia.org/wiki/...)

Alors que le pays va vers une nouvelle vague qui s’annonce peut-être la plus dévastatrice depuis le début de la pandémie (presque 60 000 cas et 300 morts quotidiens), l’Allemagne s’est enfin dotée d’un nouveau gouvernement, qui sonne le glas des seize longues années de « l’ère Merkel ». Une alliance sociale-démocrate-écolo-libérale, rouge-verte-jaune (dite « coalition en feu tricolore ») a présenté son « contrat de coalition » ce 24 novembre après deux mois de négociations, sous le titre prometteur « Oser plus de progrès ».

« Liberté, durabilité, justice » ?

C’est la devise de ce nouveau gouvernement qui se présente comme jeune et dynamique. Peut-être que le SPD souhaite s’adresser à ceux qui sont trop jeunes pour se rappeler qu’il a participé au gouvernement ces huit dernières années… Le programme prévoit le droit de vote à 16 ans, cher aux écolos qui font de gros scores dans la jeunesse, ainsi que la possible légalisation du cannabis. De quoi provoquer un rideau de fumée assez épais pour masquer le peu d’ambition concernant la crise climatique ?

« Il faut avancer des solutions aussi radicales que la réalité radicale que nous vivons », disait Robert Habeck, le nouveau « super-ministre » écolo de l’économie et du climat. Che Guevara n’aurait pas dit mieux. Mais même l’accord de Paris sur le climat paraît révolutionnaire à côté de son programme de coalition : il prévoit de « sortir idéalement du charbon en 2030 » (sinon en 2038 comme prévu, ou après) et une « orientation progressive » vers la neutralité carbone en 2045. Rien sur les 20 000 mineurs qui travaillent encore en Allemagne. Sur l’industrie automobile, une incitation à produire plus d’électrique – à grands coups de subventions publiques évidemment. Rien de surprenant : le seul Premier ministre régional des Verts, W. Kretschmann, dans le Bade-Wurtemberg, s’est distingué par son étroite collaboration avec les géants de l’automobile.

On garde les bonnes habitudes

D’un point de vue social, le contrat promet une augmentation du Smic de 9,60 à 12 euros de l’heure. Une promesse largement insuffisante pour permettre une vie digne, vu l’explosion des prix… et les exceptions nombreuses déjà prévues. La rigueur budgétaire chère aux libéraux du FDP s’adoucit singulièrement quand il s’agit d’acheter des drones armés pour « l’armée défensive » qu’est la Bundeswehr ! Une piqûre de rappel pour ceux qui avaient oublié que la première coalition entre sociaux-démocrates et écolos avait lancé l’armée allemande dans ses premières interventions depuis 1945 : au Kosovo en 1999 puis en Irak en 2003. Et pour faire oublier cet épisode glorieux, ils ont aussi choisi de renommer le dispositif anti-pauvres « Hartz IV » (sorte de RSA restrictif instauré par le SPD) en « argent citoyen ».

Santé ! On aurait pu espérer des engagements, même vagues, pour les soignants. Mais même les promesses sont minimalistes : des primes défiscalisées et des subventions pour les soins à domicile. Rien sur les salaires, rien sur les embauches, rien sur les investissements !

Au bilan, des promesses suffisamment lointaines et floues pour ne pas avoir à s’en préoccuper, un ravalement de façade (les 178 pages de programme auront au moins le mérite de donner un coup de pouce à l’industrie du papier…). Sachant qu’habituellement, ces contrats de coalition sont immédiatement oubliés dans le champagne de la cérémonie d’investiture.

Celle-ci va arriver bientôt, même si les trois partis doivent encore faire avaliser ce contrat par la base. Mais le prochain chancelier, Olaf Scholz, pousse déjà pour entrer en fonction début décembre. Une volonté louable de se mettre à l’œuvre rapidement dans un pays qui avance vers une catastrophe sanitaire majeure ? Non, il s’agit uniquement d’assurer que Merkel, toujours chancelière sur le papier, ne dépasse le record de longévité de son mentor, Helmut Kohl. On ne touche pas au « chancelier éternel » : il faut bien avoir des priorités ! Mais ce ne seront ni le climat, ni la santé de la population, ni les conditions de vie et de travail…

Maria Brücke et Dima Rüger

(Article paru dans L’Anticapitaliste no 593.)

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Mots-clés