Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

La nouvelle puissance indienne - Le monde selon Modi, documentaire de Sophie Lepault et Sébastien Faure

11 mars 2021 Article Culture


D’emblée, l’accent est mis sur le décalage entre l’image de Narendra Modi et son action.

À la tête d’un immense pays, « la plus grande démocratie du monde » selon une formule usée, Modi veut apparaître comme un ascète, un homme des basses castes qui s’est fait tout seul. Mais son parcours peut aussi être vu à travers son enfance passée dans les jeunesses de la Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), groupe nationaliste hindou inspiré par leur équivalent fasciste dès les années 1920.

Un point intéressant du documentaire tient au fait de croiser les entretiens de personnalités critiques, d’universitaires [1], de diplomates, mais aussi de soutiens de Modi et d’élus de son parti, le BJP [2]. On réalise alors à quel point la figure du chef est idéalisée et mise en avant.

Propagande virile à la télévision et sur internet, grands événements collectifs (comme cette séance de yoga à l’échelle mondiale, Modi étant entouré de centaines de participants en treillis de camouflage), et même un meeting par hologramme : Modi n’échappe pas à l’accusation de « populisme ». Il va bien au-delà.

Son mouvement affiche un nationalisme religieux et violent, contre les « ennemis » de l’extérieur (Chine et Pakistan), contre toutes les minorités, au premier rang desquelles les musulmans. Les images – glaçantes – des pogroms au Gujarat, de la répression au Kashmir ou des attaques contre les musulmans à Delhi, sont aussi parlantes que les entretiens pour saisir la nature de l’extrême droite hindoue.

Narendra Modi donne le change : passant de l’appui aux massacres à la promotion d’un capitalisme débridé, de discours guerriers aux frontières à un appel presque humaniste à la tribune de l’ONU. Il peut compter sur la complicité des grandes puissances, qui voient dans ses ambitions un contrepoids utile face à la Chine, et qui sont prêtes, au nom de ce calcul, à tout lui laisser passer, même le pire.

Un documentaire utile à l’heure où Macron réaffirme sa volonté d’un « partenariat stratégique » entre la France et l’Inde, y compris à travers la vente des Rafale de Dassault.

Pierre Hélelou


[1Comme l’écrivaine indienne Arundhati Roy et le politologue français et spécialiste de l’Inde Christophe Jaffrelot 

[2Le Bharatiya Janata Party, conçu à l’origine comme la vitrine politique du RSS.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article