Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

La Bonne épouse, film de Martin Provost

VOD sur boutique.arte.tv, 2020, 1 h 49, 4,99 € pour 48 h

7 avril 2021 Article Culture

1967, quelque part en Alsace. Une vingtaine de jeunes filles font leur rentrée à l’école privée ménagère Van der Beck pour apprendre à devenir de « bonnes épouses ». Paulette Van der Beck (Juliette Binoche) donne les cours de maintien, secondée par sa belle-sœur Gilberte (Yolande Moreau) qui enseigne la cuisine et la religieuse, sœur Marie-Thérèse (Noémie Lvovsky, aux faux airs de la soeur Marie-Thérèse des Batignolles des BD de Maëster), qui inculque le ménage, tout en jouant le soir venu le rôle de cerbère de l’internat placé sous les combles du grand manoir Van der Beck. Monsieur Van der Beck (François Berléand), lui, ne fait pas grand-chose, sinon se faire servir et reluquer les élèves. Son décès inopiné laisse les trois femmes désemparées : l’école est financièrement au bord du gouffre, du fait de la gestion désastreuse de Monsieur. Ce trio un brin bancal arrivera-t-il à sauver l’école ? Mais sauver quoi d’ailleurs ? Car à mesure que l’année avance, on sent poindre comme un avant-goût de libération des mœurs, notamment chez les élèves, qui ébranle les convictions de Paulette…

Si vous vous agacez des anachronismes et des invraisemblances, passez votre chemin. Ce film, même s’il est situé dans une époque et des lieux précis, lorgne vers la fable et s’écarte des contraintes du réalisme pour mieux faire voler en éclat le carcan patriarcal. Mais si « on y croit », c’est que les actrices, les nouvelles comme les anciennes, livrent un grand numéro. Un peu de larmes, beaucoup de rires, un coup d’œil dans le rétroviseur de l’histoire sur ce que les luttes des femmes ont déjà changé… et implicitement de quoi réfléchir sur ce qu’il reste à faire : La Bonne épouse joue habilement sur une palette large, qui permet de passer un agréable moment sans pour autant débrancher son cerveau.

M. P.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article