Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Archives > Brèves > 2016 > février > 8

L’état d’urgence, c’est le règne de l’arbitraire

8 février 2016 Brève Politique

Amnesty international vient de publier un rapport qui confirme ce que l’on peut observer depuis le début de l’état d’urgence : en plus d’être inefficaces, les assignations à résidence et perquisitions en masse sont des atteintes graves et discriminatoires orchestrées sans preuve sérieuse. En s’appuyant sur une soixantaine de témoignages, le rapport montre que les personnes perquisitionnées sans raison en ressortent traumatisées et stigmatisées.

Le gouvernement voudrait voir cet arbitraire policier inscrit dans la Constitution. Afin de pouvoir utiliser ce dispositif comme bon lui semble, en particulier contre les militants, comme on l’a vu lors de la COP 21 lorsque les manifestations ont été interdites et des écologistes assignés à résidence.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article