Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Irresponsabilité criminelle : le cas PSA Vesoul

10 avril 2020 Article Entreprises

L’irresponsabilité criminelle de PSA ne concerne pas seulement les ouvriers menacés de reprendre le travail, mais aussi ceux qui n’ont jamais pu arrêter depuis le 16 mars.

L’exemple le plus révoltant reste celui de PSA Vesoul, dans une région particulièrement touchée par la pandémie. Depuis le début de celle-ci, PSA a continué de faire travailler 1 200 ouvriers sur les 2 800 que comprend ce centre logistique mondial pour les pièces détachées. La direction s’en vante dans l’accord signé par les syndicats complaisants : « Dans cette période difficile, les salariés ont, grâce à leur engagement remarquable, permis de maintenir ouverts les établissements de réparations automobiles et les sites d’approvisionnement de pièces de rechange, permettant d’assurer la mobilité en toute sécurité de ceux qui œuvrent aux besoins essentiels de notre vie en société (soins, médicaments, nourriture, énergie…). » Des pièces pour les ambulances ? Bande d’hypocrites !

Le mercredi 1er avril, on comptait 128 salariés de PSA Vesoul qui présentaient les symptômes du virus. 97 « seulement » le vendredi précédent, car ce nombre a triplé dans l’entreprise en moins de deux semaines, selon la CGT. Car aucune mesure de sécurité sérieuse n’a été prise au début par la direction. Un élu CGT raconte que quand certaines le sont enfin, comme le simple nettoyage des tourniquets d’entrée, c’est « souvent en retard, et décalé dans le temps », toujours sous la menace de dépôt DGI [1], voire du « droit de retrait ». Le droit de retrait a d’ailleurs été invalidé par la direction à PSA Vesoul. Car comme l’avait dit Édouard Philippe, les droits de retrait seront laissés à l’appréciation de l’employeur. Les ouvriers de PSA Vesoul ont donc été contraints de retourner au travail, au prix des contaminations.

En rouvrant les usines, la direction ne propose rien d’autre que de généraliser le cas de PSA Vesoul à des dizaines, voire des centaines de milliers de salariés, sur tous les sites de France.

L. B.


[1Danger grave et imminent, déposé par le syndicat et qui arrête la production le cas échéant.

Mots-clés : |

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article