Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Brèves > 2022 > mars > 11

Culture : les ravages de la russophobie

11 mars 2022 Brève Culture

La russophobie continue de faire des dégâts dans les milieux artistiques. Quelques exemples parmi beaucoup d’autres. L’Orchestre philharmonique de Strasbourg a informé par mail ses abonnés de l’annulation des titres des concerts qu’il devait donner, à savoir De Paris à Moscou, Esthétiques russes et Maîtrises russes. À Dublin, en Irlande, tous les candidats russes ont été exclus du Concours international de piano. À Vancouver, au Canada, le pianiste Alexander Malofeev a vu son concert annulé pour avoir refusé de se prononcer clairement sur le conflit. En Slovaquie, l’Orchestre national a supprimé de son programme un morceau de la cantate Alexandre Nevski de Sergeï Prokofiev. À l’Opéra de Varsovie, en Pologne, c’est Boris Godounov de Modeste Moussorgski qui été déprogrammé, tandis que l’Orchestre philharmonique de Zagreb, en Croatie, a annulé l’interprétation de deux œuvres de Piotr Ilitch Tchaïkovski. À ce rythme on va bientôt interdire, au nom d’une pseudo-solidarité avec l’Ukraine, la salade russe dans les restaurants, Guerre et Paix, chef-d’œuvre de Léon Tolstoï, dans les librairies et bibliothèques et Ivan le Terrible, le dernier film de Sergeï Eisenstein, dans les cinémathèques. Bêtise guerrière et culture ne font jamais bon ménage.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article