Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Canada : le calvaire des peuples autochtones

9 août 2021 Article Monde

Les tueries, les spoliations, les brimades et l’enfermement dans des réserves qu’ont connus les Amérindiens des États-Unis sont assez largement connus du grand public, notamment grâce aux films du genre western. Si la plupart ont exalté les exploits et les méfaits de l’homme blanc à l’égard des « peaux rouges », quelques-uns cependant ont rendu justice aux nations indiennes.

Il n’en est pas de même pour les peuples autochtones du Canada. On regroupe sous ce nom les Premières nations, c’est-à-dire les Amérindiens, avec les Inuits (qu’on appelait jadis les Esquimaux, ce mot ayant été finalement abandonné comme péjoratif) et les Métis. Au total, ils représentent 1,63 million de personnes (dont 970 000 Indiens, 600 000 Métis et 65 000 Inuits), soit un peu moins de 5 % de la population totale du Canada.

Depuis près de deux siècles ils subissent un calvaire dont on parle peu, voire pas du tout.

Mais récemment deux faits, qui ont eu un certain retentissement, sont venus nous rappeler ce qu’ils endurent. Le premier a été la découverte de centaines de cadavres d’enfants dans deux cimetières clandestins qui se trouvaient à l’emplacement d’anciens internats catholiques où les jeunes autochtones étaient envoyés de force. Le second, lié au premier, s’est traduit par les saccages, et parfois les incendies, d’une quarantaine d’églises catholiques qui se trouvaient sur des territoires autochtones ou tout à côté. On y a vu une vengeance de ceux qui avaient été pendant des décennies kidnappés, coupés des leurs, battus, violés ou même purement et simplement assassinés par des membres du clergé.

À peu près au même moment, un livre et un documentaire traitant du même sujet devenaient accessibles. Le livre, Plus aucun enfant autochtone arraché, a été écrit par Samir Shaheen-Hussain, un médecin urgentiste et pédiatre qui travaille dans les hôpitaux du Québec. Quant au documentaire, Tuer l’Indien dans le cœur de l’enfant, il a été réalisé par le journaliste Gwenlaouen Le Gouil pour la chaine de télévision Arte.

Deux documents très riches qui dressent un réquisitoire implacable contre le racisme et les discriminations de toutes sortes qu’ont subis, et continuent de subir jusqu’aujourd’hui, les peuples autochtones du Canada.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article