Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Les articles du site

Bonne année 2021 ? Va bien falloir !

Éditorial du RSO (Allemagne)

10 janvier 2021 Article Monde

Bonne année 2021 ? Va bien falloir !

L’année 2020, on ne trouve pas grand-chose à en dire de bon. On a eu notre dose d’appels moralistes de politiciens pour nous dire que si on se comportait bien, on pourrait sauver les hôpitaux, les Ehpad… et nos grands-mères !

Qui n’est pas fatigué d’être cloîtré à la maison ? Qui n’en a pas marre de l’éternel métro-boulot-dodo ? Qui supporte encore de devoir jongler entre le travail, les enfants, l’école et la crèche, sans savoir de quoi sera faite la semaine qui suit ? Et qui n’en a pas ras-le-bol des « applaudissements » des politiciens aux héros, travailleurs soudain découverts comme essentiels ? On aimerait bien qu’ils la ferment un moment, et mettent les moyens nécessaires au fonctionnement des services publics : hôpitaux, centres de recherche, labos, centres de santé, écoles, crèches…

Au lieu de cela, Merkel et Cie s’attachent à nous « préparer à des temps difficiles » et à blablater sur la « solidarité ». Ils voudraient nous faire ravaler notre rage face à l’incompétence des politiciens – qui n’est pas celle d’individus ou de partis mais d’un système qui, en premier lieu, assure le maintien des profits des plus grandes entreprises. L’année 2020 nous l’a montré plus clairement que jamais.

Avec la nouvelle année nous arrive pourtant quelque chose de positif. Des efforts exceptionnels ont permis de développer des vaccins contre le Covid. Malheureusement, les BioNTec et autres gardent la main sur les brevets, ce qui freine la production. Une leçon en matière de capitalisme cynique. Il n’en a pas manqué en 2020.

Des monceaux de problèmes qui s’étaient accumulés avant la crise remontent à la surface

Dans l’éducation : manque d’enseignants, de salles, quasiment pas d’ordinateurs… Dans la santé : depuis avant Noël les hôpitaux appellent à l’aide les uns après les autres. À la Charité à Berlin, la direction des soins parle de conditions dramatiques : il y a du matériel, il y a des lits, mais le personnel soignant manque cruellement. C’est le résultat de vingt ans de dégradation, visant à la rentabilité économique – malgré les protestations des soignants et des médecins ! Si seulement ils avaient leur mot à dire…

L’année 2020 est donc lourde de rancœurs accumulées que le gouvernement a tenté d’étouffer sous de belles paroles. Mais la réalité est là : plans de suppression d’emplois dans de nombreux secteurs, menaces de « pertes d’emplois » partout, que le patronat utilise pour dégrader encore les conditions de travail. Pour des millions de personnes, l’année s’est soldée par des pertes de revenus massives, surtout là où les postes étaient déjà précaires avant la crise. Le chômage a lui aussi augmenté. Pour les jeunes, le futur est incertain.

Mais le Covid a fait aussi des heureux !

Au premier rang des chanceux : la grande distribution en ligne. La fortune de Jeff Bezos, à la tête d’Amazon, a bondi de 71 millions de dollars. Elon Musk, le nouveau chouchou du Brandebourg [1], a vu la sienne augmenter de 119 millions. Les trente plus grandes entreprises du DAX [2] ont versé 34,1 milliards d’euros à leurs actionnaires en cette année de crise. La phratrie Klatten/Quandt de BMW a reçu à elle seule 800 millions d’euros. Sans compter les centaines de milliards que l’État a versés aux grandes entreprises, tant et tant qu’on a du mal à suivre. Ils se sont serré les coudes !

Qu’apportera 2021 ?

Angela Merkel ne sera plus chancelière. Les politiciens vont jeter toute leur mise sur les échiquiers électoraux et noyer les vrais problèmes. Les patrons vont faire les fonds de tiroir de leurs sales coups – à commencer par une augmentation de l’âge du départ en retraite. Est-ce que le cirque électoral pourra contenir la colère accumulée ? Dur à imaginer.

2020 a connu des manifestations de rue et des luttes. Il y a eu des grèves dans les services publics et dans l’agroalimentaire, des protestations contre les plans de suppression d’emplois dans la métallurgie, des cortèges de jeunes contre le racisme et les violences policières, entraînés par un mouvement mondial, et bien davantage. 2021 peut poursuivre dans ce sens, être l’année des travailleurs, des jeunes et des moins jeunes.

Alors bonne année !

7 janvier 2021


[1Tesla est en train de construire une nouvelle « gigafactory » dans le Brandebourg, non loin de Berlin. La promesse de 10 000 emplois a mené tous les responsables locaux à se surpasser en louanges pour le « créateur » de ces emplois, dans une région ravagée par le chômage.

[2Deutscher Aktien-Index, équivalent du CAC-40 pour la bourse allemande.

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article

Mots-clés