Aller au contenu de la page

Attention : Votre navigateur web est trop ancien pour afficher correctement ce site internet.

Nous vous recommandons une mise à niveau ou d'utiliser un autre navigateur.

Accueil > Convergences révolutionnaires > Numéro 145, mai 2022 > La lutte de classe contre l’illusion électorale

Agitation dans les facs contre le piège électoral Macron-Le Pen

Depuis l’annonce des résultats du premier tour, des mobilisations étudiantes (auxquelles se sont joints des lycéens) ont fleuri notamment en région parisienne. Une opposition au chantage électoral, une opposition à Macron (évidente), une opposition à Le Pen (par-dessus tout).

Contre leur monde

C’est dès mercredi 13 avril qu’une ambiance contestataire a commencé à se faire sentir dans les universités parisiennes avec l’occupation d’amphithéâtres à l’ENS-Jourdan et à la Sorbonne. Suivant la trainée de poudre, d’autres facs et écoles ont suivi en organisant blocages et assemblées générales : Créteil, Paris 7, Nanterre, Paris-Saclay, Sciences Po Paris (campus de Nancy compris) mais aussi des IEP en région comme à Lyon. Mis à part quelques exceptions, les présidences n’ont pas hésité à lock-outer les universités et basculer les cours en distanciel. Malgré cela des assemblées générales se sont tenues notamment autour de la préparation de manifestations prévues samedi 16 avril et plus généralement autour du deuxième tour. Le mouvement peut dès cette semaine s’étendre aux lycéens, plusieurs blocages sont prévus pour mardi 19.

Certes, les manifestations de samedi n’étaient pas le raz-de-marée qu’on aurait pu attendre. Mais elles étaient essentiellement composées de ces jeunes qui souhaitaient exprimer leur colère. Une tonalité anti-Macron, anti-Le Pen mais sans que les deux ne soient mis sur le même plan.

Un début prometteur

La préparation de la manif et les blocages sont loin d’être les seules perspectives de ces étudiants qui souhaitent continuer à se mobiliser contre l’extrême droite et le chantage électoral qui leur est fait. Il s’agit de s’adresser au reste de la jeunesse mais également à l’ensemble de la société : ce n’est pas par les urnes que les choses changeront. Ce deuxième tour particulièrement prévisible en est la preuve ! Et peu importe l’urne, car cette fraction de la jeunesse qui souvent a souvent voté Mélenchon a bien compris qu’elle n’avait rien à attendre non plus des législatives et d’une hypothétique « cohabitation » de gauche. Peu de ces jeunes se laissent berner par l’illusion du « barrage du troisième tour législatif » que certains militants de gauche ont défendu dans les AG, mais lui préfèrent le troisième tour des luttes : celui qui commence déjà dans la rue et sur les lieux de travail et d’études. Alors on ne peut qu’encourager dans cette voie cette jeunesse qui cherche à s’organiser et à se mobiliser dans la rue, pour dénoncer ce faux choix électoral.

Si Le Pen est évidemment un poison raciste et réactionnaire, Macron et sa politique au service de la bourgeoisie ne sont en rien un barrage contre l’extrême droite. En effet, Macron et les autres politiciens électoralistes de tout bord font le lit de l’extrême droite depuis cinquante ans, depuis la création du FN, ancêtre du RN. Ils reprennent ses thèmes ou copinent avec elle, comme Darmanin, ministre de l’Intérieur de Macron, expliquant à Le Pen qu’il « aurait pu écrire son livre » et la trouvant « trop molle ».

Quoi qu’il arrive le 24 avril, ces jeunes ont bien conscience qu’il ne faudra pas s’arrêter là. Le ou la locataire de l’Élysée sera un adversaire pour la jeunesse et pour les travailleurs, français comme immigrés. L’avertissement est clair : les jeunes ne se laisseront pas faire. Cet embryon de mouvement est un appui pour les mobilisations futures qui marqueront à coup sûr le quinquennat à venir. Alors, dès maintenant et encore plus après, tous et toutes dans la rue !

Emma Martin

(Article paru dans L’Anticapitaliste no 612)

Mots-clés :

Imprimer Imprimer cet article Réagir Réagir à cet article